0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Pierre Elliot Trudeau Auteur

Essai, Histoire

J’attends de toi une oeuvre de bataille

Éditeur : Lux éditeur

Pierre Vadeboncoeur et Pierre Elliott Trudeau ont été d’inséparables copains de l’école primaire jusqu’à l’université, pour ensuite devenir collaborateurs à la revue Cité libre et camarades de luttes contre le duplessisme. Cette bonne entente a duré jusqu’à ce qu’ils s’affrontent dans les années 1960 sur l’avenir de la nation québécoise. L’un étant souverainiste et socialiste, l’autre, le fédéraliste que l’on connaît. Pourtant, l’affection qui les liait ne s’est jamais démentie, la véritable amitié s’éprouvant bien plus dans la possibilité d’un désaccord que dans le confort des affinités faciles. La correspondance rassemblée dans ce livre, dont plusieurs lettres couvrent la période des années 1940 et 1950, donne à voir une grande amitié tout en documentant un pan entier de notre histoire.

Animations sur scène

  • J’attends de toi une œuvre de bataille

    Date : 24 mars
    Heure : 19:00

     

    À l’occasion de la parution du livre de correspondances entre Pierre-Elliott Trudeau et Pierre Vadeboncoeur (Lux éditeur), rencontre avec leurs fils respectifs Alexandre Trudeau et Alain Vadeboncoeur.

    Pierre Vadeboncoeur et Pierre Elliott Trudeau ont été d’inséparables copains de l’école primaire jusqu’à l’université, pour ensuite devenir collaborateurs à la revue Cité libre et camarades de luttes contre le duplessisme. Cette bonne entente a duré jusqu’à ce qu’ils s’affrontent dans les années 1960 sur l’avenir de la nation québécoise. L’un étant souverainiste et socialiste, l’autre, le fédéraliste que l’on connaît. Pourtant, l’affection qui les liait ne s’est jamais démentie, la véritable amitié s’éprouvant bien plus dans la possibilité d’un désaccord que dans le confort des affinités faciles. La correspondance rassemblée dans ce livre, dont plusieurs lettres couvrent la période des années 1940 et 1950, donne à voir une grande amitié tout en documentant un pan entier de notre histoire.

    Animation : Martin Francoeur.