0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Invités d'honneur

Chloé Varin

Littérature jeunesse

Chloé Varin est connue des jeunes pour sa série Planches d’enfer (rééditée cet hiver chez Petit homme) ainsi que pour ses romans Casting (Les éditions de la Bagnole) et Les ensorceleuses (Michel Lafon). Plus récemment, elle a publié la série Chloé et moi (Fonfon), le roman Dali (Guy Saint-Jean) et la BD Vendredi 13 (Petit Homme). Détentrice d’un DEC en Art dramatique et d’un bac ès arts (Création littéraire, communication, scénarisation cinématographique), elle se consacre désormais à l’écriture. Originaire de Laval, elle vit à Montréal.

Photo: Julia Marois

Invités d'honneur

Guillaume Morrissette

Polar

Chargé de cours à l’UQTR, Guillaume Morrissette est récipiendaire du «Prix d’excellence en enseignement», plus haute distinction honorifique remise à un chargé de cours, ainsi que du «Prix des lecteurs 2016 du Salon du livre de Trois-Rivières». La maison des vérités était son premier roman, suivi de la nouvelle série d’enquêtes de l’inspecteur Héroux, dont le dernier titre, Deux coups de pied de trop, est à paraître en mars chez Guy St-Jean éditeur. Polymathe depuis l’adolescence et membre actif de MENSA Canada, l’auteur réside à Trois-Rivières.

Plusieurs de ses romans relatant les mésaventures de l’inspecteur Héroux ont été finalistes ou récipiendaires de nombreuses distinctions, tels que le Prix du Premier polar et le Prix Coup de coeur du Club de lecture, tous deux de la Société du roman policier de Saint-Pacôme, le Prix Arthur-Ellis, le Prix des nouvelles voix de la littérature, le Prix AQPF-ANEL ainsi que le le Prix Arts Excellence, catégorie Livre de l’année.

Invités d'honneur

Natasha Kanapé Fontaine

Poésie

Natasha est une poète, peintre, comédienne, militante en environnement et droits autochtones née en 1991. Elle est originaire de Pessamit et a d’abord marqué le Québec par ses slams «territoriaux» dès 2012. Elle a publié trois recueils de poésie salués par la critique, intitulés N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures (Mémoire d’encrier, 2012), Manifeste Assi (Mémoire d’encrier, 2014) ainsi que Bleuets et abricots (Mémoire d’encrier, 2016).

Cet automne, elle a fait une arrivé fracassante dans la série télé Unité 9, où elle incarne une jeune autochtone marquée par la vie, condamnée à quinze ans de prison.

Elle est également de la distribution de la pièce de théâtre Muliats, actuellement en tournée à travers la province.

Photo: Myriam Baril Tessier

Invités d'honneur

Alain Deneault

Essai

Diplômé en philosophie, Alain Deneault est l’auteur de plusieurs essais, dont Noir Canada, Offshore, Faire l'économie de la haine, Paradis sous terre, «Gouvernance», Paradis fiscaux: la filière canadienne, Médiocratie, Une escroquerie légalisée et De quoi Total est-elle la somme?. Depuis 2016, il est directeur de programme au Collège international de philosophie à Paris. Son dernier livre, Le totalisarisme pervers, paraît cet hiver aux éditions Écosociété.

Photo: Oxfam-Québec

Invités d'honneur

Christine Beaulieu

Théâtre

Christine Beaulieu est sortie de l’école de théâtre en 2003. Au grand écran, elle
a été dirigée par Simon Galiero dans La mise à l’aveugle, par Patrick
Boivin dans Enfin l’automne, par Jean-François Richet dans L’instinct de
mort. Elle a ensuite brillé aux côtés de Roy Dupuis dans Ceci n’est pas un polar,
un long métrage de Patrick Gazé, et elle s’est mérité deux nominations
(prix Écrans canadiens et Gala du cinéma québécois) pour son rôle de Roxane
dans le film Le mirage, de Ricardo Trogi et Louis Morissette. Elle a également
participé à plus d’une vingtaine de pièces de théâtre (Ce moment-là, La fureur
de ce que je pense) et cumule les rôles au petit écran (Mon ex à moi, Lâcher
prise, Hubert et Fanny). J’aime Hydro est sa première pièce.

Photo: Julie Artacho

Invités d'honneur

Marcel Sabourin

Chronique

Marcel Sabourin est un acteur, scénariste, metteur en scène et professeur de théâtre particulièrement reconnu pour sa verve et son éloquence. Ce véritable moulin à paroles est né à Montréal en 1935. Après des études en philosophie, il décide de prendre un virage à 180 degrés et de laisser libre cours à sa passion pour le théâtre. C’est au Théâtre du Nouveau Monde qu’il aboutit, avant de partir peaufiner sa formation à Paris. Son livre avec CD, Petits carnets du rien pantoute, est paru l'automne dernier aux éditions Planète rebelle.

Photo: Jérôme Sabourin

Écrivain en résidence

Biz

Écrivain en résidence

Membre du groupe rap Loco Locass, Leméac Éditeur a publié ses cinq premiers livres : Dérives (2010), La chute de Sparte (2011), Mort-Terrain (2014), Naufrage (2016), qui a connu un retentissant succès critique et populaire, et La chaleur des mammifères (2017). Il a remporté le Prix du livre jeunesse des bibliothèques de Montréal et le Prix jeunesse des libraires du Québec en 2012 pour La chute de Sparte, ainsi que le prix France-Québec en 2015 pour Mort-Terrain.

Photo: Jean-Yves Fréchette

Éditeur à l'honneur

Les Éditions du Boréal

Éditeur à l'honneur

C'est à Trois-Rivières, le 18 mars 1963, que Gilles Boulet, prêtre, Pierre Gravel, libraire, Jacques Lacoursière, professeur, Denis Vaugeois, historien, et Mgr Albert Tessier, cinéaste et historien, fondent les éditions du Boréal Express.

La maison atteint vite la célébrité avec son journal d'histoire du Canada, qui marque une date dans l'enseignement de l'histoire au pays. Quelques années plus tard, les éditions du Boréal Express, dont Denis Vaugeois est le seul timonier, publient des livres sur des sujets historiques.

En 1976, quand Denis Vaugeois quitte le poste d'éditeur, la maison compte 54 titres à son catalogue. Elle s'est fait connaître d'un vaste public et a été le lieu de l'affirmation d'une nouvelle historiographie québécoise. Elle se trouve donc en phase avec l'évolution des mentalités, car c'est l'époque où les Québécois, avant de construire l'avenir que leur a laissé entrevoir la Révolution tranquille, veulent sonder leur passé.

Élu député, puis nommé ministre, Denis Vaugeois quitte le Boréal Express et en confie les destinées à Antoine del Busso, à qui se joignent d'abord Pascal Assathiany, puis François Ricard et Jacques Godbout. La maison s'ouvre alors aux sciences humaines et aux sciences politiques en particulier, tout en conservant un important secteur historique sous la gouverne de Paul-André Linteau. Paraissent donc des ouvrages qui rendent compte non plus seulement du Québec d'hier, mais du Québec contemporain.

En 1981, le Boréal Express publie une première oeuvre de fiction. Il s'agit du Canard de Bois, de Louis Caron. Et les années suivantes voient le Boréal Express accueillir des romans ou des essais de Gilles Archambault, de Jacques Brault, de Jacques Godbout, de Jacques Savoie ou de Fernand Ouellette.

En 1984, François Ricard fonde sa collection d'essais Papiers collés, qui rassemblera au cours des ans, entre autres noms, ceux de Jean Larose, d'Yvon Rivard et de Pierre Vadeboncoeur. La même année paraît l'extraordinaire autobiographie de Gabrielle Roy, La Détresse et l'Enchantement.

Jusqu'en 1987, les éditions du Boréal Express ont fait paraître 200 titres tout en gardant une structure très légére. Les moyens sont encore modestes, mais les réalisations éditoriales n'en sont pas moins nombreuses et éclatantes. Pensons à l'Histoire du Québec contemporain, de Linteau, Durocher et Robert, en 1979, qui fait encore aujourd'hui figure de référence et d'autorité dans le domaine, aux Quatre Saisons dans la vallée du Saint-Laurent, de Jean Provencher.

C'est à cette période que la maison inaugure la pratique des coéditions, d'abord avec La Découverte, pour la série des état du monde, pratique qui va s'étendre à des maisons françaises comme le Seuil, Phébus, Flammarion, Christian Bourgois et Grasset.

À partir de 1987, la maison abandonne le qualificatif d’«Express» pour s'appeler tout simplement «le Boréal». Jean Bernier et Hélène Girard se joignent au comité éditorial. Cette époque voit également une augmentation sensible de la production, qui dépasse les 70 nouveautés dès 1990. Le Boréal publie désormais dans tous les genres, sauf celui du manuel scolaire, et compte aujourd'hui plus de 1200 titres à son catalogue. Cela s'est traduit par la multiplication des collections : en 1988, la maison lançait la collection de rééditions en format intermédiaire Boréal compact, qui compte aujourd'hui près de 150 titres et où figurent l'ensemble des oeuvres romanesques de Marie-Claire Blais et de Gabrielle Roy. Dès 1989, on inaugurait un important secteur jeunesse, sous la gouverne de Raymond Plante, à qui succédera Rémy Simard, en 1995, lequel créera la collection «Boréal Maboul». Catherine Germain, à partir de 2002, est l'éditrice des romans jeunesse.

Aujourd'hui, à près de cinquante ans, le Boréal est au coeur de la littérature et de l'édition québécoises. Avec les poésies d'Anne Hébert ou les romans de Marie-Claire Blais, la maison défend le travail des grands créateurs de notre littérature, tandis que toute une nouvelle génération d'écrivains donne forme à la sensibilité contemporaine : Suzanne Jacob, Robert Lalonde, Marie Laberge, Monique Proulx, Hélène Monette, Louis Hamelin, Gaëtan Soucy, Ying Chen, Dany Laferrière. Le Boréal accueille également en traduction plusieurs écrivains du Canada anglais, dont Neil Bissoondath, Margaret Atwood, Alistair MacLeod, Michael Ondaatje et Charles Taylor.

En même temps, la maison continue de publier des essais qui font date, que ce soit des biographies ou des études qui marquent leur domaine, comme Genèse de la société québécoise de Fernand Dumont, ou Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde de Gérard Bouchard.

Président d'honneur

Alexandre Jardin

Alexandre Jardin est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont Le Zèbre, L’île des Gauchers, Fanfan. Avec son nouveau roman, Ma mère avait raison (Grasset), il retrouve sa « veine familiale » (Le roman des Jardin, Des gens très bien, Le Zubial), et signale sa filiation avec Sacha Guitry (auteur d’un inoubliable Mon père avait raison).


Photo: JF PAGA © Grasset

Invités d'honneur

Chloé Varin

Littérature jeunesse

Guillaume Morrissette

Polar

Natasha Kanapé Fontaine

Poésie

Alain Deneault

Essai

Christine Beaulieu

Théâtre

Marcel Sabourin

Chronique

Écrivain en résidence

Biz

Écrivain en résidence

Éditeur à l'honneur

Les Éditions du Boréal

Éditeur à l'honneur