Archives 2016

AfficheSLTR2016

Robert Lalonde, Président d’honneur

RobertLalonde(MartineDoyon)

Robert Lalonde est né à Oka en 1947. Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts au Séminaire de Sainte-Thérèse, il a poursuivi des études en interprétation théâtrale au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. En 1970, il a obtenu le premier prix d’interprétation du Conservatoire et une bourse d’un an qui lui a permis de voyager en Europe et aux États-Unis.

Professeur d’art dramatique au Cégep Lionel-Groulx, il a aussi enseigné au Conservatoire d’art dramatique de Montréal ainsi qu’à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Acteur dans de nombreux films et téléfilms, homme de scène, il se consacre également à l’adaptation de textes pour le théâtre et à l’écriture romanesque. Il a entre autres traduit le livre d’Anne Michaels, Fugitive Pieces (La Mémoire en fuite, Boréal, 1998).

Ses notes sur l’art de voir, de lire et d’écrire, parues dans Le Devoir il y a quelques années, ont été très appréciées du public et se retrouvent, complétées de textes inédits, dans Le Monde sur le flanc de la truite et Le Vacarmeur, tous deux publiés au Boréal.

En 2005, il a fait paraître le roman Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure?, un bouleversant portrait de l’adolescence. Enfin, au printemps 2007, Robert Lalonde nous a offert le recueil de nouvelles Espèces en voie de disparition, une plongée vers l’humanité qui se cache derrière le quotidien, une échappée vers la part la plus vivante de nous. En 2013, Robert Lalonde publie C’est le coeur qui meurt en dernier qui connaît un grand succès populaire. Son nouveau roman, Le petit voleur, sera disponible en librairie le 8 mars 2016.

Jeudi 17 mars: Sampar

Samuel Parent_webNé à Victoriaville, Samuel Parent, illustrateur, bédéiste et auteur mieux connu sous le pseudonyme de Sampar, se démarque depuis plusieurs années dans le monde de l’édition. Autodidacte aux talents multiples, il jouit d’une imagination débordante qui nous entraîne dans des univers tantôt tendres, tantôt farfelus, parfois même mythiques. En 2001, il lance avec Alain M. Bergeron la collection Savais-tu ? aux Éditions Michel Quintin. Coauteur des scénarios, Sampar signe chacune des illustrations de ces documentaires humoristiques servis dans un style BD. Depuis, les personnages de Billy Stuart et de Capitaine Static ont conquis le cœur des nombreux fans. En 2013, Sampar lance sa première BD en solo, Guiby. Son personnage de superbébé, qu’il peaufine depuis des décennies, a tout de suite su faire sa marque dans le paysage littéraire québécois, et lui vaut d’être finaliste à de prestigieux prix de bandes dessinées.

Vendredi 18 mars: Louise Tremblay d’Essiambre

Louise_Tremblay_d'Essiambre

Chaque livre de Louise Tremblay d’Essiambre connaît un succès phénoménal dès la sortie en librairie. Grande conteuse passionnée par l’histoire et les mots, elle a publié ses 38 romans chez Guy Saint-Jean Éditeur. Avec son tempérament fougueux et chaleureux, cette mère de neuf enfants est capable de déplacer des montagnes pour ceux qu’elle aime. Depuis plusieurs années, elle consacre sa vie à l’écriture, aux voyages, à la peinture et aux événements littéraires, où ses fans viennent par centaines pour la rencontrer.

 

 

Samedi 19 mars: Stéphane Dompierre

Stéphane_Dompierre

Chroniqueur, scénariste et auteur, Stéphane Dompierre a conquis aussi bien la critique que le grand public avec ses histoires déjantées. Bousculant les genres littéraires, il fait voyager ses lecteurs du roman anti-fleur bleue (Un petit pas pour l’hommeMal élevé) à l’autofiction illustrée (Jeunauteur 1 et 2, avec l’illustrateur Pascal Girard) en passant par la quête initiatique irrévérencieuse (Stigmates et BBQ). Une feuille de route éclectique, qui inclut également un détour par la piraterie crade (Morlante, Éditions Coups de tête) et un suspense fantastique pour sceptiques (Corax, Éditions VLB). Au printemps 2013, il a fait paraître le recueil de chroniques Fâché noir, dans lequel il nous proposait une analyse de fond de tout ce qui n’est pas un grand enjeu du monde contemporain. En 2014, il dirigeait le recueil de nouvelles érotiques NU en plus d’y signer une nouvelle. L’automne dernier, il clôture son cycle sur les tribulations amoureuses du mâle québécois contemporain avec Tromper Martine dans lequel il explore les dérives de l’homme en couple, en apparence heureux, fidèle et comblé.

Dimanche 20 mars: Florence K

FlorenceK

Florence K a vécu une enfance de saltimbanque. Elle baigne dans la musique et les tournées. Dans Buena Vida, elle livre un récit rempli d’humanité, de musique, de voyages, et dévoile une partie de son existence qu’elle surnomme « l’abysse ». Sa vingtaine a été parsemée de grandes joies, entre le bonheur de la maternité et celui d’avoir réussi à faire de la musique son gagne‐pain. Mais Florence est aussi passée par un trou noir qui a bien failli l’engloutir et duquel elle est sortie encore plus amoureuse de la vie. C’est en toute transparence qu’elle partage sa descente aux enfers et sa renaissance, car « la vie, c’est tout ce qu’on a ».

Florence K est née à Montréal en 1983. Elle se passionne pour le piano, la lecture, les langues modernes, les voyages, le yoga, la psychologie, et a fait paraître à ce jour cinq disques, tous salués par la critique et le public. Buena Vida est son premier livre.

 

Éditeur à l’honneur

Logo_Ecosociété

L’éditeur du changement social

Les Éditions Écosociété se sentent très privilégiées de la place qu’a décidé de leur accorder le Salon du livre de Trois-Rivières pour son édition 2016. En mettant Écosociété à l’honneur cette année, le salon réaffirme le livre comme moteur de changement social, un rôle que la maison d’édition a toujours placé au cœur de sa mission éditoriale. Mais quelle est cette maison d’édition qui fêtera bientôt ses 25 ans ?

Fondée en 1992 par un groupe de militant.e.s convaincu.e.s qu’il est grand temps de rejoindre les gens pour défendre une société où l’écologie sociale serait une valeur cardinale, cette maison d’édition indépendante a fait le pari de la circulation des idées. Au fil des ans, Écosociété est devenu un acteur culturel incontournable au Québec et dans les pays francophones. Une incursion dans les centaines d’essais parus depuis la fondation de la maison permet de mesurer l’ampleur du projet politique porté par les éditeurs. Les titres parlent d’eux-mêmes : Pour un pays sans armée, Vivre autrement, Pour des villes à échelle humaine, Bien commun recherché, La simplicité volontaire, Manuel de transition, Notre empreinte écologique, etc. Écosociété, ce sont des pages et des pages de réflexions sur ce qui caractérise notre monde et sur les moyens de le transformer.

Par sa capacité à éclairer différemment les grands enjeux d’ici et d’ailleurs, Écosociété a servi de levier politique en offrant aux acteurs de la société civile des outils indispensables à l’orientation de leurs pratiques et en suscitant des réflexions qui précèdent et encouragent l’action. Son engagement a contribué à nourrir les consciences en offrant des perspectives originales sur des sujets peu discutés dans l’espace public (pensons par exemple à la simplicité volontaire, à la décroissance, au commerce équitable ou à l’agriculture biologique) ou mettant la lumière sur des phénomènes qui nuisent au bien commun (comme les paradis fiscaux ou l’action de l’industrie minière canadienne). En nourrissant des échanges fertiles sur différents enjeux politiques tout en proposant des alternatives véritables, Écosociété a su participer à l’éveil politique de la société québécoise.

L’attachement d’Écosociété à ses idéaux a nécessité de braver des vents hostiles. Lors de la publication du livre Noir Canada, qui lui a valu les poursuites de deux importantes compagnies minières à hauteur de 11 millions $, elle toujours su défendre haut et fort la liberté d’expression et les vertus de la conversation démocratique, portée en cela par des milliers de citoyen.ne.s et organismes.

En condamnant les dérives du capitalisme, en encourageant une transition axée sur l’écologisme, la justice sociale et l’engagement politique, Écosociété a eu l’audace de provoquer des rencontres indispensables entre un lectorat curieux et des auteur.e.s critiques : Deni Béchard, Murray Bookchin, Roméo Bouchard, Noam Chomsky, Françoise David, Alain Deneault, Laure Waridel, Serge Mongeau, Andrew Nikiforuk, J.-Claude St-Onge, autant de noms qui bousculent les idées reçues. Proposant des essais sur l’écologie, la politique internationale, les médias, l’économie, la démocratie, la santé, le féminisme, l’agriculture, la maison n’a eu de cesse de travailler avec des auteur.e.s prestigieux, inspirants, et de susciter des amitiés, des rencontres et surtout, des convictions.

S’affichant fièrement comme la maison de l’édition combative, elle appartient finalement à ses lecteurs et lectrices qui, au fil du temps, se la sont approprié. Revendiquant une autre société qui prend d’abord corps dans l’écriture de ses auteur.e.s, Écosociété c’est peut-être avant tout une façon de lire le monde.

Nous vous invitons à lire le monde avec nous lors de cette 28ème édition du Salon du livre de Trois-Rivières.

Écrivain en résidence: Bryan Perro

BryanPerro_webIl naît en 1968 à Shawinigan, et effectue une formation de comédien et de professeur de théâtre à l’UQAM, puis une maîtrise où il étudie le loup-garou dans la tradition orale du Québec. Il réalise son rêve et devient écrivain à temps plein grâce à sa populaire série jeunesse Amos Daragon. Reconnue internationalement, la série est traduite en dix-huit langues et a permis à son auteur de remporter, en 2006, le Prix jeunesse en littérature de science-fiction et de fantastique québécois. En plus de son travail de comédien, de metteur en scène et de conteur, Bryan Perro a enseigné près de dix ans au Collège Shawinigan où il a dirigé bon nombre de pièces de théâtre.
Passionné par les contes et les légendes, la mythologie et l’imaginaire populaire, Bryan Perro est un trappeur de créatures invisibles qui se consacre aujourd’hui exclusivement à sa pratique artistique.

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd

00-Salon_Livre_2016.indd