0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Écrits des Forges

Les Écrits des Forges est une compagnie à but non lucratif vouée exclusivement à la publication de poésie ou d’essais en poésie. La maison d’édition a été fondée en 1971 par le poète Gatien Lapointe (décédé en 1983). Son catalogue se compose essentiellement de poésie québécoise, de poètes de la relève et de voix d’ailleurs.

À découvrir au Salon du livre

Poésie

Zuma 9

Zachary Richard

L’auteur, compositeur et interprète cadien Zachary Richard élabore une œuvre aux multiples facettes : il travaille très activement depuis de nombreuses années à la préservation, à la promotion et à la pérennisation des cultures de la francophonie en Amérique du Nord. La poésie représente, depuis 1968, l’une des voies qu’il a choisies pour mener la bataille. Zuma 9, est son quatrième recueil de poésie. Dans le texte liminaire au titre éponyme, le poète écrit : « Sur la plage de Zuma 9, on ne peut plus avancer. Cette plage incarne les limites d’une trajectoire entre terre et mer, joie et souffrance, croissance et disparition, mal et bien, amour et manque d’amour. J’arrive au bord de ce vaste océan avec à mon dos un continent scarifié par mes trajets et j’explore cette rupture qui est aussi transition, et je décris ce que je vois et ce que je sens. » Influencé par les « Beats », Gary Snyder en particulier, Zachary Richard met en scène, dans Zuma 9, un territoire presque imaginaire : celui des francophones nord-américains, qui s’étend, ici, depuis « Les Chênes du Marais » Louisianais jusqu’à la fameuse « Outre-le-Mont » québécoise en passant par l’acadienne Edmundston. Le poète y fait vivre des personnages plus grands que nature, présentés avec leurs espoirs et leurs amours, mais aussi, parfois, avec la petitesse du genre humain ou les revers qu’imposent l’environnement et le climat. Il en fait un portrait juste et révélateur des enjeux sociaux, toujours avec une passion contagieuse, où tendresse et humour se côtoient.

Zuma 9

Éditeur : Écrits des Forges

L’auteur, compositeur et interprète cadien Zachary Richard élabore une œuvre aux multiples facettes : il travaille très activement depuis de nombreuses années à la préservation, à la promotion et à la pérennisation des cultures de la francophonie en Amérique du Nord. La poésie représente, depuis 1968, l’une des voies qu’il a choisies pour mener la bataille. Zuma 9, est son quatrième recueil de poésie. Dans le texte liminaire au titre éponyme, le poète écrit : « Sur la plage de Zuma 9, on ne peut plus avancer. Cette plage incarne les limites d’une trajectoire entre terre et mer, joie et souffrance, croissance et disparition, mal et bien, amour et manque d’amour. J’arrive au bord de ce vaste océan avec à mon dos un continent scarifié par mes trajets et j’explore cette rupture qui est aussi transition, et je décris ce que je vois et ce que je sens. » Influencé par les « Beats », Gary Snyder en particulier, Zachary Richard met en scène, dans Zuma 9, un territoire presque imaginaire : celui des francophones nord-américains, qui s’étend, ici, depuis « Les Chênes du Marais » Louisianais jusqu’à la fameuse « Outre-le-Mont » québécoise en passant par l’acadienne Edmundston. Le poète y fait vivre des personnages plus grands que nature, présentés avec leurs espoirs et leurs amours, mais aussi, parfois, avec la petitesse du genre humain ou les revers qu’imposent l’environnement et le climat. Il en fait un portrait juste et révélateur des enjeux sociaux, toujours avec une passion contagieuse, où tendresse et humour se côtoient.

16.00$
Poésie

Les amours industrielles

Maxime Cayer

« C’est un recueil très puissant, saisissant. C’est un recueil que j’aurais pu [vous] lire en entier » Jean-Paul Daoust, Plus on est de fous plus on lit chaque fois que nous commettons nos coïts je ne peux m’empêcher de regarder ces failles visions inquiétantes fossettes débordantes cadavres d’amour-propre cette boucherie incohérente me pourfend à l’impasse coins de murs disjoints les fentes béantes pesticides d’écorchées à souhait ces draps si beaux imbibés d’éther je t’arrache les uniformes à même les rivages de suie n’en garde que des souvenirs de laboratoire comme plaques commémoratives

Poésie

Mes ailleurs

Geneviève Letarte

Mes ailleurs met en scène les tribulations d’une femme qui se construit à travers les voyages, les rencontres et l’écriture. Mêlant événements de la vie publique et personnelle, les poèmes dressent une sorte de portrait intime du Québec littéraire. Assise sur le plancher je palpe les émaux aux couleurs chatoyantes les livres aux titres invitants L’écho bouge beau Revolutionary Letters Le nuage en pantalon me disent de penser l’existence comme un choc perpétuel entre le je et le nous la grande et la petite histoire

Poésie

Un voyage d’hiver

Pierre Chatillon

Un titre qui évoque le célèbre cycle de lieder de Schubert. Parce que le poète aime ce compositeur et parce qu’il accomplit, dans ce recueil, son propre voyage d’hiver. La neige, en effet, peut être vue à la fois comme le symbole d’une innocence originelle perdue et comme la dévastation engendrée par la terrible Mort blanche. Les rigueurs de l’hiver extérieur se fondent avec celles de l’hiver intérieur. Se développent alors une série d’affrontements qui se résolvent sur une sorte de réconciliation. Dans la dernière section du recueil, les poèmes s’épanouissent sur l’accession à une sorte d’éternel printemps. Une béatitude où s’apaisent toutes les angoisses, une félicité qui répond à toutes les grandes interrogations. «Il semble, dit l’auteur, que tous les tourments de mon œuvre conduisaient à cette quiétude-là.» De la mort de toutes les fleurs émane tel un parfum blanc l’éblouissante pureté de la neige mais faut-il vraiment que meurent toutes les couleurs pour que règne à l’infini la splendeur de cette lumière glacée dont l’éclat nie la vie?

Poésie

Écrits des Forges – 50 ans de poésie

Bernard Pozier

Zuma 9

Éditeur : Écrits des Forges

L’auteur, compositeur et interprète cadien Zachary Richard élabore une œuvre aux multiples facettes : il travaille très activement depuis de nombreuses années à la préservation, à la promotion et à la pérennisation des cultures de la francophonie en Amérique du Nord. La poésie représente, depuis 1968, l’une des voies qu’il a choisies pour mener la bataille. Zuma 9, est son quatrième recueil de poésie. Dans le texte liminaire au titre éponyme, le poète écrit : « Sur la plage de Zuma 9, on ne peut plus avancer. Cette plage incarne les limites d’une trajectoire entre terre et mer, joie et souffrance, croissance et disparition, mal et bien, amour et manque d’amour. J’arrive au bord de ce vaste océan avec à mon dos un continent scarifié par mes trajets et j’explore cette rupture qui est aussi transition, et je décris ce que je vois et ce que je sens. » Influencé par les « Beats », Gary Snyder en particulier, Zachary Richard met en scène, dans Zuma 9, un territoire presque imaginaire : celui des francophones nord-américains, qui s’étend, ici, depuis « Les Chênes du Marais » Louisianais jusqu’à la fameuse « Outre-le-Mont » québécoise en passant par l’acadienne Edmundston. Le poète y fait vivre des personnages plus grands que nature, présentés avec leurs espoirs et leurs amours, mais aussi, parfois, avec la petitesse du genre humain ou les revers qu’imposent l’environnement et le climat. Il en fait un portrait juste et révélateur des enjeux sociaux, toujours avec une passion contagieuse, où tendresse et humour se côtoient.

16.00$

Les amours industrielles

Éditeur : Écrits des Forges

« C’est un recueil très puissant, saisissant. C’est un recueil que j’aurais pu [vous] lire en entier » Jean-Paul Daoust, Plus on est de fous plus on lit chaque fois que nous commettons nos coïts je ne peux m’empêcher de regarder ces failles visions inquiétantes fossettes débordantes cadavres d’amour-propre cette boucherie incohérente me pourfend à l’impasse coins de murs disjoints les fentes béantes pesticides d’écorchées à souhait ces draps si beaux imbibés d’éther je t’arrache les uniformes à même les rivages de suie n’en garde que des souvenirs de laboratoire comme plaques commémoratives

15.00$

Mes ailleurs

Éditeur : Écrits des Forges

Mes ailleurs met en scène les tribulations d’une femme qui se construit à travers les voyages, les rencontres et l’écriture. Mêlant événements de la vie publique et personnelle, les poèmes dressent une sorte de portrait intime du Québec littéraire. Assise sur le plancher je palpe les émaux aux couleurs chatoyantes les livres aux titres invitants L’écho bouge beau Revolutionary Letters Le nuage en pantalon me disent de penser l’existence comme un choc perpétuel entre le je et le nous la grande et la petite histoire

16.00$

Un voyage d’hiver

Éditeur : Écrits des Forges

Un titre qui évoque le célèbre cycle de lieder de Schubert. Parce que le poète aime ce compositeur et parce qu’il accomplit, dans ce recueil, son propre voyage d’hiver. La neige, en effet, peut être vue à la fois comme le symbole d’une innocence originelle perdue et comme la dévastation engendrée par la terrible Mort blanche. Les rigueurs de l’hiver extérieur se fondent avec celles de l’hiver intérieur. Se développent alors une série d’affrontements qui se résolvent sur une sorte de réconciliation. Dans la dernière section du recueil, les poèmes s’épanouissent sur l’accession à une sorte d’éternel printemps. Une béatitude où s’apaisent toutes les angoisses, une félicité qui répond à toutes les grandes interrogations. «Il semble, dit l’auteur, que tous les tourments de mon œuvre conduisaient à cette quiétude-là.» De la mort de toutes les fleurs émane tel un parfum blanc l’éblouissante pureté de la neige mais faut-il vraiment que meurent toutes les couleurs pour que règne à l’infini la splendeur de cette lumière glacée dont l’éclat nie la vie?

16.00$

Écrits des Forges – 50 ans de poésie

Éditeur : Écrits des Forges

22.00$

La maison d’édition et ses auteur.e.s en images

Les activités de nos auteurs au Salon du livre

Pour nous joindre

Écrits des Forges

992-A, rue Royale
Trois-Rivières, Québec, G9A4H9
8198408492
ecritsdesforges@gmail.com
https://www.ecritsdesforges.com/