0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Le Sabord

La revue Le Sabord et sa maison d'édition mettent de l’avant une alliance unique entre création visuelle et littéraire.

À découvrir au Salon du livre

Arts Poésie

Kilomètre zéro

Pierre Nepveu

Les abécédaires disent l'infinie fécondité des vingt-six lettres qui forment la matière primordiale de tous les écrits, de toutes les paroles. L'ordre rigoureux de l'alphabet chanté par les enfants et l'apparente abstraction des signes n'empêchent pas les lettres de nous faire rêver. J'ai parcouru en poésie l'alphabet comme on chemine sur une route sans savoir où l'on va. De A à Z, cet abécédaire fut une aventure où chaque lettre dessinait un tournant inattendu, provoquait une péripétie, procurait une pause méditative. Je me suis approché du « kilomètre zéro », ce lieu où l'existence envisage une possible arrivée et consent du même souffle à un perpétuel recommencement.

Kilomètre zéro

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Les abécédaires disent l'infinie fécondité des vingt-six lettres qui forment la matière primordiale de tous les écrits, de toutes les paroles. L'ordre rigoureux de l'alphabet chanté par les enfants et l'apparente abstraction des signes n'empêchent pas les lettres de nous faire rêver. J'ai parcouru en poésie l'alphabet comme on chemine sur une route sans savoir où l'on va. De A à Z, cet abécédaire fut une aventure où chaque lettre dessinait un tournant inattendu, provoquait une péripétie, procurait une pause méditative. Je me suis approché du « kilomètre zéro », ce lieu où l'existence envisage une possible arrivée et consent du même souffle à un perpétuel recommencement.

19.95$
Littérature LGBTQ+ Poésie

Jean-Paul Daoust, le fauve amoureux – tango américain

Jean-Paul Daoust Gérald Gaudet

Cette première rétrospective de l'oeuvre de Jean-Paul Daoust présente les textes marquants du poète connu pour ses extravagances, son goût du théâtre et son sens de la provocation. Compilée par l'essayiste, animateur culturel et auteur Gérald Gaudet, cette anthologie rassemble les poèmes marquants de Jean-Paul Daoust auxquels ont été joints les notes sur Les cendres bleues, le discours de réception à l'Académie des lettres du Québec ainsi qu'un petit dictionnaire développant quelques-unes des thématiques chères à l'auteur, réalisé par Gérald Gaudet à partir de commentaires de Daoust lui-même sur sa propre démarche d'écriture.

Poésie

Retenir le torrent / Les papillons de phosphore

Madeleine Sauriol Louis Côté

Créé en hommage au poète Alphonse Piché, le prix Piché de poésie de l’Université du Québec à Trois-Rivières récompense des auteurs de la relève. Lauréate du Prix Piché 2019, Madeleine Sauriol appelle à la libération des carcans forgés par le passé. Avec un ton tendre aux accents délicats, Retenir le torrent se délie comme une perche de lumière tendue dans l’obscurité, une adresse feutrée à la souffrance; baume, cataplasme sur les cicatrices laissées par les combats gagnés ou perdus. Phare ténu dans un océan de brume et de pénombre, la poésie de Madeleine Sauriol invite au recueillement dans « la chaleur des commencements ». Lauréat de la mention, Louis Côté échafaude un univers fragile où tout menace de s’écrouler incessamment. Au fil des images qui se dessinent, aussi fascinantes qu’inquiétantes, Les papillons de phosphore trace les contours d’un frère perdu; les écueils d’une quête d’évasion dont l’atteinte rime avec destruction. Funambules incertains au-dessus du gouffre, les poèmes de Louis Côté débusquent la fatalité qui guette à chaque tournant et rappellent le caractère évanescent de notre présence au monde.

Arts Essai

Imaginaire du terrain vague

Élise Lepage Isabelle Miron

Les dernières décennies ont vu l'apparition de divers mouvements de réappropriation citoyenne et artistique du terrain vague, accroissant l'intérêt pour cet espace interstitiel. Traditionnellement lié à la photographie et à l'architecture, l'imaginaire du terrain vague se déploie maintenant dans l'ensemble du champ des arts. L'imaginaire du terrain vague s'appuie sur plusieurs réflexions dont le point culminant demeure la conférence de Ignasi de Solà-Morales, prononcée au Québec en 1994. Dirigé par Élise Lepage et Isabelle Miron, le présent ouvrage offre une traduction originale en français de ce célèbre texte et propose diverses voix et sensibilités artistiques, de l'histoire de la chanson à l'architecture, du design urbain à la littérature, qui mettent en relief la richesse et les possibilités du terrain vague dans l'imaginaire contemporain.

Arts Revue / Magazine

Sabord no 117

Adam Basanta Catherine Bastien Vanessa Bell Sylvie Bérard Vicky Bernard Rachel Echenberg Sébastien Gagnon Maryse Goudreau Adah Hannah David Hoon Kim kimura byol-nathalie lemoine Andrea Moorhead Joanne Morency Virginia Pesemapeo Bordeleau Danielle Robitaille Camille Turner

Avec pour thème Rives et affluents, ce numéro renoue avec les origines fluviales de la revue fondée en 1983 dans la ville portuaire de Trois-Rivières. Il invite aussi à se faire insulaire, à arpenter les berges (sablonneuses ou forestières) et à franchir, construire des ponts entre territoires et univers. À s'ancrer sur le sol ou les pirogues. Il comprend dix textes, tant d'écrivain.e.s accompli.e.s (Catherine Bastien, Sylvie Bérard, Andrea Moorhead, Joanne Morency, Virginia Pesemapeo Bordeleau) que d'auteurs et d'autrices émergeant.e.s (Vanessa Bell, Vicky Bernard, Sébastien Gagnon, David Kim et Danielle Robitaille). Six artistes visuels d'horizons variés présentent également leurs visions multiples du thème Rives et affluents : Adam Basanta, kimura byol-nathalie lemoine, Rachel Echenberg, Maryse Goudreau, Adad Hannah et Camille Turner. Le numéro est complété par des entretiens autour du thème avec Isabelle Clermont (arts visuels) et Jocelyne Saucier (littérature) ainsi que par un généreux cahier critique avec des contributions de : Vanessa Bell, Emmanuelle Choquette, FrançoisDésaulniers, Kristina Monfette Fortin, Francine Paul et Mathieu Simoneau.

Kilomètre zéro

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Les abécédaires disent l'infinie fécondité des vingt-six lettres qui forment la matière primordiale de tous les écrits, de toutes les paroles. L'ordre rigoureux de l'alphabet chanté par les enfants et l'apparente abstraction des signes n'empêchent pas les lettres de nous faire rêver. J'ai parcouru en poésie l'alphabet comme on chemine sur une route sans savoir où l'on va. De A à Z, cet abécédaire fut une aventure où chaque lettre dessinait un tournant inattendu, provoquait une péripétie, procurait une pause méditative. Je me suis approché du « kilomètre zéro », ce lieu où l'existence envisage une possible arrivée et consent du même souffle à un perpétuel recommencement.

19.95$

Jean-Paul Daoust, le fauve amoureux – tango américain

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Cette première rétrospective de l'oeuvre de Jean-Paul Daoust présente les textes marquants du poète connu pour ses extravagances, son goût du théâtre et son sens de la provocation. Compilée par l'essayiste, animateur culturel et auteur Gérald Gaudet, cette anthologie rassemble les poèmes marquants de Jean-Paul Daoust auxquels ont été joints les notes sur Les cendres bleues, le discours de réception à l'Académie des lettres du Québec ainsi qu'un petit dictionnaire développant quelques-unes des thématiques chères à l'auteur, réalisé par Gérald Gaudet à partir de commentaires de Daoust lui-même sur sa propre démarche d'écriture.

29.95$

Retenir le torrent / Les papillons de phosphore

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Créé en hommage au poète Alphonse Piché, le prix Piché de poésie de l’Université du Québec à Trois-Rivières récompense des auteurs de la relève. Lauréate du Prix Piché 2019, Madeleine Sauriol appelle à la libération des carcans forgés par le passé. Avec un ton tendre aux accents délicats, Retenir le torrent se délie comme une perche de lumière tendue dans l’obscurité, une adresse feutrée à la souffrance; baume, cataplasme sur les cicatrices laissées par les combats gagnés ou perdus. Phare ténu dans un océan de brume et de pénombre, la poésie de Madeleine Sauriol invite au recueillement dans « la chaleur des commencements ». Lauréat de la mention, Louis Côté échafaude un univers fragile où tout menace de s’écrouler incessamment. Au fil des images qui se dessinent, aussi fascinantes qu’inquiétantes, Les papillons de phosphore trace les contours d’un frère perdu; les écueils d’une quête d’évasion dont l’atteinte rime avec destruction. Funambules incertains au-dessus du gouffre, les poèmes de Louis Côté débusquent la fatalité qui guette à chaque tournant et rappellent le caractère évanescent de notre présence au monde.

17.95$

Imaginaire du terrain vague

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Les dernières décennies ont vu l'apparition de divers mouvements de réappropriation citoyenne et artistique du terrain vague, accroissant l'intérêt pour cet espace interstitiel. Traditionnellement lié à la photographie et à l'architecture, l'imaginaire du terrain vague se déploie maintenant dans l'ensemble du champ des arts. L'imaginaire du terrain vague s'appuie sur plusieurs réflexions dont le point culminant demeure la conférence de Ignasi de Solà-Morales, prononcée au Québec en 1994. Dirigé par Élise Lepage et Isabelle Miron, le présent ouvrage offre une traduction originale en français de ce célèbre texte et propose diverses voix et sensibilités artistiques, de l'histoire de la chanson à l'architecture, du design urbain à la littérature, qui mettent en relief la richesse et les possibilités du terrain vague dans l'imaginaire contemporain.

29.95$

Sabord no 117

Éditeur : Éditions d’art Le Sabord

Avec pour thème Rives et affluents, ce numéro renoue avec les origines fluviales de la revue fondée en 1983 dans la ville portuaire de Trois-Rivières. Il invite aussi à se faire insulaire, à arpenter les berges (sablonneuses ou forestières) et à franchir, construire des ponts entre territoires et univers. À s'ancrer sur le sol ou les pirogues. Il comprend dix textes, tant d'écrivain.e.s accompli.e.s (Catherine Bastien, Sylvie Bérard, Andrea Moorhead, Joanne Morency, Virginia Pesemapeo Bordeleau) que d'auteurs et d'autrices émergeant.e.s (Vanessa Bell, Vicky Bernard, Sébastien Gagnon, David Kim et Danielle Robitaille). Six artistes visuels d'horizons variés présentent également leurs visions multiples du thème Rives et affluents : Adam Basanta, kimura byol-nathalie lemoine, Rachel Echenberg, Maryse Goudreau, Adad Hannah et Camille Turner. Le numéro est complété par des entretiens autour du thème avec Isabelle Clermont (arts visuels) et Jocelyne Saucier (littérature) ainsi que par un généreux cahier critique avec des contributions de : Vanessa Bell, Emmanuelle Choquette, FrançoisDésaulniers, Kristina Monfette Fortin, Francine Paul et Mathieu Simoneau.

14.95$

La maison d’édition et ses auteur.e.s en images

Pour nous joindre

Le Sabord

154, rue Radisson
Trois-Rivières, Québec, G9A 5M6
819 375-6223
a.gelinas@lesabord.qc.ca
lesabord.qc.ca