0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Libre Expression et Stanké

Groupe Librex rassemble cinq maisons d’édition, soit Libre Expression, Stanké, Trécarré, Logiques et Publistar. Chef de file du domaine de l’édition d’œuvres grand public de qualité, le groupe concentre son programme éditorial dans quatre genres littéraires dominants : la fiction, la biographie et les récits, les guides pratiques et les ouvrages de référence en santé et bien-être et, enfin, le voyage. Le groupe développe actuellement un créneau affaires, économie et autres préoccupations sociales.

À découvrir au Salon du livre

Roman

Em

Kim Thúy

ÉCRIT DANS SON STYLE SI PARTICULIER, LE NOUVEAU ROMAN DE KIM THÚY, ÉBLOUISSANT ET D’UNE COMPLEXITÉ FORMELLE ASSURÉE, DÉVOILE UNE FASCINATION POUR LES LIENS QUI NOUS UNISSENT. Em, qui signifie en vietnamien « petit frère », « petite soeur » ou encore « bien-aimée », explore les façons dont les humains traumatisés par la guerre et l’exil sont poussés à rechercher l’amour et le cercle familial lorsque leur passé les rattrape. À travers les destins liés d’une famille de personnages, le roman évoque autant l’Opération Babylift, qui a permis l’évacuation de Saigon de milliers d’orphelins biraciaux en avril 1975, que l’industrie du vernis à ongles et des salons de manucure, en passant par les plantations de caoutchouc dans l’Indochine d’antan.

Em

Éditeur : Libre Expression

ÉCRIT DANS SON STYLE SI PARTICULIER, LE NOUVEAU ROMAN DE KIM THÚY, ÉBLOUISSANT ET D’UNE COMPLEXITÉ FORMELLE ASSURÉE, DÉVOILE UNE FASCINATION POUR LES LIENS QUI NOUS UNISSENT. Em, qui signifie en vietnamien « petit frère », « petite soeur » ou encore « bien-aimée », explore les façons dont les humains traumatisés par la guerre et l’exil sont poussés à rechercher l’amour et le cercle familial lorsque leur passé les rattrape. À travers les destins liés d’une famille de personnages, le roman évoque autant l’Opération Babylift, qui a permis l’évacuation de Saigon de milliers d’orphelins biraciaux en avril 1975, que l’industrie du vernis à ongles et des salons de manucure, en passant par les plantations de caoutchouc dans l’Indochine d’antan.

24.95$
Roman

Kukum

Michel Jean

Après avoir raconté l’histoire de sa grand-mère dans Elle et nous, Michel Jean recule encore dans le temps pour nous aider à comprendre la vie et les drames des Autochtones en mettant en scène son arrière-grand-mère. Extrait « Il parlait à peine le français et moi, pas encore l’innu-aimun. Mais ce soir-là, sur la plage, enveloppée des arômes de viande grillée, du haut de mes quinze ans, pour la première fois de mon existence je me sentais à ma place. J’ignore comment l’histoire de notre peuple se terminera. Mais pour moi, elle commence par ce repas, entre la forêt et le lac. » Le livre Ce roman raconte l’histoire d’Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l’existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones. Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprime l’attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu’éprouvent les peuples nomades, encore aujourd’hui.

Polar / Suspense Roman

La mariée de corail

Roxanne Bouchard

Dans ce roman d’enquête poétique qui évoque la filiation et la mer, les mensonges des marins nostalgiques côtoient des anecdotes véridiques sur le mode de vie des pêcheurs de homards dans la magnifique région de Bonaventure. Extrait « L’eau imbibe le tissu, mouille ses cuisses. La vague s’arrondit à la bonne hauteur, le courant est calculé. Rien à redire, c’est une mort bien planifiée. Tout y est : la robe de mariée, le homardier et ce chemin de lune insaisissable qu’elle emprunte comme un poisson s’enferre à un appât cuivré. “On s’accroche à des leurres féeriques, ma fille, car nous avons la foi rêveuse des damnés de la mer.” Sa mère avait raison, mais elle ne regrette rien. » Le livre Quand Joaquin Moralès est appelé à enquêter sur la disparition d’une capitaine de homardier, il hésite : son fils vient tout juste de débarquer chez lui, soûl comme un homme qui a tout perdu. Mais lorsque le corps d’Angel Roberts est retrouvé, il ne tergiverse plus, car cette femme, c’est aussi la fille de quelqu’un. La mer, dans ce roman policier poétique, évoque la filiation et la vague brasse les histoires de pêcheurs, véridiques ou réinventées, de Gaspé jusqu’au parc Forillon.

Biographie / Récit

Moi, Ali Nestor

Ali Nestor

Avec humilité et franchise, Ali Nestor raconte son histoire. Son but est toujours le même : aider. EXTRAIT « Les jeunes et les moins jeunes qui se retrouvent en situation de vulnérabilité, dans la rue, dans les gangs criminalisés, dans la drogue ou même dans l’industrie du sexe, n’ont pas choisi consciemment de se perdre ainsi. Ce sont plutôt les blessures de la vie, la peur de l’abandon, du manque d’amour ou de valorisation et même la peur de ne pas exister qui leur ont fait prendre le mauvais chemin. Je souhaite au plus profond de mon coeur que le parcours et le cheminement de plusieurs personnes de ce livre sauront éveiller les consciences. Sensibiliser les êtres humains sur les cris de détresse de leurs semblables et les inviter à tendre la main à leur prochain. » LE LIVRE Le parcours d’Ali Nestor est unique : immigrant à six ans, membre d’un gang de rue à l’adolescence, engagé auprès des jeunes de Montréal depuis plusieurs années. Dans ce récit bien senti, il aborde aussi avec force les questions d’immigration, de profilage racial et de racisme.

Roman

Ta mort à moi

David Goudreault

Drôle de roman tragique, Ta mort à moi est un hommage à la littérature et à ses auteurs les plus tourmentés, une réflexion sur les limites et les malédictions du génie créatif. Extrait « J’ai eu la chance de ne jamais en avoir. J’ai pu me défaire et me parfaire à partir de rien, de moins que rien même. Je mérite une pause. Je laisse dans ces pages tous les doutes et les secrets qui m’ont broyé l’âme, tout ce que j’ai dû supporter pour en arriver là, ici, en paix, enfin. Des légions d’imbéciles osent affirmer que le chemin est plus important que la destination. Ils ne connaissent rien des routes escarpées que les femmes de ma race doivent arpenter. Le souffreteux de Nietzsche s’acharnait à répéter que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts ; quelle connerie ! Ce qui ne nous tue pas nous estropie, nous traumatise ou nous humilie. Le reste du temps, on aime ou on se ment. Quand on est condamné à gravir sur les coudes un sentier de vitre concassée dans une solitude brisée seulement, à de rares occasions, par le passage d’un autre Sisyphe épuisé, on n’a plus rien à foutre du paysage et de ses enseignements, on veut juste se rendre au bout du parcours. Pour une fois, atteindre le sommet. » Le livre L’auteur explore le thème de la fatalité, autour de la vie de Marie-Maude Pranesh-Lopez et de sa famille dysfonctionnelle. Avec son intrigue rythmée, menée par des personnages pour qui la rédemption n’arrivera pas, cette histoire extraordinaire culmine sur une finale magistrale.

Em

Éditeur : Libre Expression

ÉCRIT DANS SON STYLE SI PARTICULIER, LE NOUVEAU ROMAN DE KIM THÚY, ÉBLOUISSANT ET D’UNE COMPLEXITÉ FORMELLE ASSURÉE, DÉVOILE UNE FASCINATION POUR LES LIENS QUI NOUS UNISSENT. Em, qui signifie en vietnamien « petit frère », « petite soeur » ou encore « bien-aimée », explore les façons dont les humains traumatisés par la guerre et l’exil sont poussés à rechercher l’amour et le cercle familial lorsque leur passé les rattrape. À travers les destins liés d’une famille de personnages, le roman évoque autant l’Opération Babylift, qui a permis l’évacuation de Saigon de milliers d’orphelins biraciaux en avril 1975, que l’industrie du vernis à ongles et des salons de manucure, en passant par les plantations de caoutchouc dans l’Indochine d’antan.

24.95$

Kukum

Éditeur : Libre Expression

Après avoir raconté l’histoire de sa grand-mère dans Elle et nous, Michel Jean recule encore dans le temps pour nous aider à comprendre la vie et les drames des Autochtones en mettant en scène son arrière-grand-mère. Extrait « Il parlait à peine le français et moi, pas encore l’innu-aimun. Mais ce soir-là, sur la plage, enveloppée des arômes de viande grillée, du haut de mes quinze ans, pour la première fois de mon existence je me sentais à ma place. J’ignore comment l’histoire de notre peuple se terminera. Mais pour moi, elle commence par ce repas, entre la forêt et le lac. » Le livre Ce roman raconte l’histoire d’Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l’existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones. Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprime l’attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu’éprouvent les peuples nomades, encore aujourd’hui.

24.95$

La mariée de corail

Éditeur : Libre Expression

Dans ce roman d’enquête poétique qui évoque la filiation et la mer, les mensonges des marins nostalgiques côtoient des anecdotes véridiques sur le mode de vie des pêcheurs de homards dans la magnifique région de Bonaventure. Extrait « L’eau imbibe le tissu, mouille ses cuisses. La vague s’arrondit à la bonne hauteur, le courant est calculé. Rien à redire, c’est une mort bien planifiée. Tout y est : la robe de mariée, le homardier et ce chemin de lune insaisissable qu’elle emprunte comme un poisson s’enferre à un appât cuivré. “On s’accroche à des leurres féeriques, ma fille, car nous avons la foi rêveuse des damnés de la mer.” Sa mère avait raison, mais elle ne regrette rien. » Le livre Quand Joaquin Moralès est appelé à enquêter sur la disparition d’une capitaine de homardier, il hésite : son fils vient tout juste de débarquer chez lui, soûl comme un homme qui a tout perdu. Mais lorsque le corps d’Angel Roberts est retrouvé, il ne tergiverse plus, car cette femme, c’est aussi la fille de quelqu’un. La mer, dans ce roman policier poétique, évoque la filiation et la vague brasse les histoires de pêcheurs, véridiques ou réinventées, de Gaspé jusqu’au parc Forillon.

27.95$

Moi, Ali Nestor

Éditeur : Libre Expression

Avec humilité et franchise, Ali Nestor raconte son histoire. Son but est toujours le même : aider. EXTRAIT « Les jeunes et les moins jeunes qui se retrouvent en situation de vulnérabilité, dans la rue, dans les gangs criminalisés, dans la drogue ou même dans l’industrie du sexe, n’ont pas choisi consciemment de se perdre ainsi. Ce sont plutôt les blessures de la vie, la peur de l’abandon, du manque d’amour ou de valorisation et même la peur de ne pas exister qui leur ont fait prendre le mauvais chemin. Je souhaite au plus profond de mon coeur que le parcours et le cheminement de plusieurs personnes de ce livre sauront éveiller les consciences. Sensibiliser les êtres humains sur les cris de détresse de leurs semblables et les inviter à tendre la main à leur prochain. » LE LIVRE Le parcours d’Ali Nestor est unique : immigrant à six ans, membre d’un gang de rue à l’adolescence, engagé auprès des jeunes de Montréal depuis plusieurs années. Dans ce récit bien senti, il aborde aussi avec force les questions d’immigration, de profilage racial et de racisme.

24.95$

Ta mort à moi

Éditeur : Stanké

Drôle de roman tragique, Ta mort à moi est un hommage à la littérature et à ses auteurs les plus tourmentés, une réflexion sur les limites et les malédictions du génie créatif. Extrait « J’ai eu la chance de ne jamais en avoir. J’ai pu me défaire et me parfaire à partir de rien, de moins que rien même. Je mérite une pause. Je laisse dans ces pages tous les doutes et les secrets qui m’ont broyé l’âme, tout ce que j’ai dû supporter pour en arriver là, ici, en paix, enfin. Des légions d’imbéciles osent affirmer que le chemin est plus important que la destination. Ils ne connaissent rien des routes escarpées que les femmes de ma race doivent arpenter. Le souffreteux de Nietzsche s’acharnait à répéter que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts ; quelle connerie ! Ce qui ne nous tue pas nous estropie, nous traumatise ou nous humilie. Le reste du temps, on aime ou on se ment. Quand on est condamné à gravir sur les coudes un sentier de vitre concassée dans une solitude brisée seulement, à de rares occasions, par le passage d’un autre Sisyphe épuisé, on n’a plus rien à foutre du paysage et de ses enseignements, on veut juste se rendre au bout du parcours. Pour une fois, atteindre le sommet. » Le livre L’auteur explore le thème de la fatalité, autour de la vie de Marie-Maude Pranesh-Lopez et de sa famille dysfonctionnelle. Avec son intrigue rythmée, menée par des personnages pour qui la rédemption n’arrivera pas, cette histoire extraordinaire culmine sur une finale magistrale.

24.95$

Les activités de nos auteurs au Salon du livre

Pour nous joindre

Libre Expression et Stanké

4545, rue Frontenac, 3e étage
Montréal, Québec, H2H 2R7
514-849-5259
info@groupelibrex.com
http://www.groupelibrex.com/