0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Libre Expression

Groupe Librex rassemble cinq maisons d’édition, soit Libre Expression, Stanké, Trécarré, Logiques et Publistar. Chef de file du domaine de l’édition d’œuvres grand public de qualité, le groupe concentre son programme éditorial dans quatre genres littéraires dominants : la fiction, la biographie et les récits, les guides pratiques et les ouvrages de référence en santé et bien-être et, enfin, le voyage. Le groupe développe actuellement un créneau affaires, économie et autres préoccupations sociales.

À découvrir au Salon du livre

Roman

Marie-Lumière

Lucie Pagé

Dans son roman, Lucie Pagé ouvre une porte sur le rôle de la spiritualité dans la guérison ainsi que sur le savoir, les traditions et les médecines millénaires des peuples autochtones. LE LIVRE Née de mère mohawk, la Dre Marie-Jeanne Richard est exaspérée. Après trente ans de thérapie et d’antidépresseurs, elle ne se sent toujours pas libérée de sa honte d’elle-même, ni du traumatisme de ses seize ans. Son mari, Louis, et son amie Sofia, ostéopathe, la convainquent d’essayer une plante médicinale ancestrale de l’Amazonie. Marie-Jeanne participera donc à une cérémonie d’ayahuasca offerte par des chamans du Brésil et d’Afrique du Sud, sur le territoire mohawk de Kanehsatake. C’est alors qu’elle verra la lumière et entreprendra de construire un pont entre les plantes médicinales autochtones et la médecine occidentale.

Marie-Lumière

Éditeur : Libre Expression

Dans son roman, Lucie Pagé ouvre une porte sur le rôle de la spiritualité dans la guérison ainsi que sur le savoir, les traditions et les médecines millénaires des peuples autochtones. LE LIVRE Née de mère mohawk, la Dre Marie-Jeanne Richard est exaspérée. Après trente ans de thérapie et d’antidépresseurs, elle ne se sent toujours pas libérée de sa honte d’elle-même, ni du traumatisme de ses seize ans. Son mari, Louis, et son amie Sofia, ostéopathe, la convainquent d’essayer une plante médicinale ancestrale de l’Amazonie. Marie-Jeanne participera donc à une cérémonie d’ayahuasca offerte par des chamans du Brésil et d’Afrique du Sud, sur le territoire mohawk de Kanehsatake. C’est alors qu’elle verra la lumière et entreprendra de construire un pont entre les plantes médicinales autochtones et la médecine occidentale.

27.95$
Roman historique

Shawinigan Falls

Louise Lacoursière

Extrait « Loulou savait que son père n’aurait pas approuvé leur union, à moins… qu’il y soit contraint. Bien au fait des risques, elle n’avait eu aucun mal à convaincre Charles d’adhérer à son plan : se marier "obligés". Après avoir tourné le problème dans tous les sens, elle avait conclu qu’aucune autre solution ne tenait la route. Néanmoins, elle n’avait pas prévu devenir enceinte le premier mois de leurs essais. Charles le lui avait reproché. Même s’il avait obtenu un emploi à la Northern Aluminum de Shawinigan Falls en octobre dernier, il aurait aimé accumuler plus d’économies avant leur installation dans cette nouvelle ville. Tout s’était déroulé si vite que, à un certain moment, elle avait senti le sol se dérober sous ses pieds. Sa conscience l’avait malmenée et la malmenait encore. » Le livre À Saint-Léon-le-Grand, en 1910, Marie-Louise travaille au cabinet de son père, le Dr Antoine Peltier. Elle fréquente Charles Adam, employé à la source de La Saline, l’hôtel prestigieux qui a fermé ses portes en 1899 et sur le site duquel on extrait chaque jour des centaines de litres d’eau gazeuse vendue dans tout le Québec. Antoine ne voit pas d’un bon oeil que sa Loulou s’attache au fils d’Eusèbe, dont il connaît les activités illicites, mais cela ne diminue en rien la volonté de Marie-Louise de l’épouser. Pour le meilleur et pour le pire.

Roman

Un viol ordinaire

Janette Bertrand

À l’instar de ce qu’elle a fait au cours de sa longue carrière, Janette Bertrand aborde un sujet brûlant d’actualité. Elle signe le roman Un viol ordinaire, écrit dans la foulée du mouvement #MeToo, et qui s’ancre aussi dans la nouvelle vague de dénonciations qui a déferlé au Québec l’été dernier. Elle poursuit également sa mission : défendre l’égalité entre les hommes et les femmes. Le roman raconte l’histoire d’un homme normal qui, un soir, oblige sa blonde à faire quelque chose qu’elle ne veut pas. Malgré ses « non » répétés, il ne l’écoutera pas. Un viol ordinaire, c’est l’histoire d’une mère normale qui veut comprendre pourquoi son fils a dépassé les limites. Quelle est sa responsabilité dans son éducation, quelle est celle de son mari, tout aussi normal ? Sous forme de courriels, parce qu’il est camionneur longue distance, elle partage son questionnement avec lui et poursuit la discussion quand il revient à la maison. Peu à peu, ces échanges entre eux, et entre les autres protagonistes du roman, ouvrent les yeux aux hommes tant sur notre société patriarcale qui tente de changer que sur le respect dû aux femmes, qui continuent à prendre leur place malgré les batailles quotidiennes pour l’égalité entre les sexes.

Roman

Trois mois tout au plus

Josélito Michaud

À cinquante ans, Olivier Dubreuil, l’enfant héros de Dans mes yeux à moi, est devenu un animateur de télévision à succès. Alors que les lumières et les paillettes de la célébrité commencent à le fatiguer, il est tenaillé par des douleurs étranges. Le verdict tombe : il lui reste trois mois à vivre. Abasourdi par la nouvelle, il décide de n’en rien dire à personne ; il embarque dans une odyssée qui le mènera de Montréal à New York, du chevet de sa mère biologique mourante au tombeau de son père inconnu, de secret en secret, jusqu’à une conclusion fracassante qui célébrera enfin la vie.

Roman

Le Dernier Je t’aime

Daniel O. Brouillette

Ce premier roman, inspiré par bribes du vécu de l’auteur, se déroule dans la campagne des années 1960 et dépeint avec justesse et émotion l’histoire d’une famille bouleversée par la mort imminente de Rita, cette femme tant aimée. Un récit sensible, tissé à partir des souvenirs d’un jeune garçon et des confidences de gens de son village, pour se remémorer l’odieux et que ce soit beau, tragiquement beau. En 1967, une maladie sournoise entre dans la maison de Rita et Oscar, un couple très amoureux, et n’en ressortira pas. Quelle est cette douleur qui ronge Rita ? Les médecins n’osent pas nommer le mal atroce affligeant cette mère de sept enfants dans la fleur de l’âge, même lorsque les souffrances de ses derniers jours remplacent sa vie de tous les jours.

Marie-Lumière

Éditeur : Libre Expression

Dans son roman, Lucie Pagé ouvre une porte sur le rôle de la spiritualité dans la guérison ainsi que sur le savoir, les traditions et les médecines millénaires des peuples autochtones. LE LIVRE Née de mère mohawk, la Dre Marie-Jeanne Richard est exaspérée. Après trente ans de thérapie et d’antidépresseurs, elle ne se sent toujours pas libérée de sa honte d’elle-même, ni du traumatisme de ses seize ans. Son mari, Louis, et son amie Sofia, ostéopathe, la convainquent d’essayer une plante médicinale ancestrale de l’Amazonie. Marie-Jeanne participera donc à une cérémonie d’ayahuasca offerte par des chamans du Brésil et d’Afrique du Sud, sur le territoire mohawk de Kanehsatake. C’est alors qu’elle verra la lumière et entreprendra de construire un pont entre les plantes médicinales autochtones et la médecine occidentale.

27.95$

Shawinigan Falls

Éditeur : Libre Expression

Extrait « Loulou savait que son père n’aurait pas approuvé leur union, à moins… qu’il y soit contraint. Bien au fait des risques, elle n’avait eu aucun mal à convaincre Charles d’adhérer à son plan : se marier "obligés". Après avoir tourné le problème dans tous les sens, elle avait conclu qu’aucune autre solution ne tenait la route. Néanmoins, elle n’avait pas prévu devenir enceinte le premier mois de leurs essais. Charles le lui avait reproché. Même s’il avait obtenu un emploi à la Northern Aluminum de Shawinigan Falls en octobre dernier, il aurait aimé accumuler plus d’économies avant leur installation dans cette nouvelle ville. Tout s’était déroulé si vite que, à un certain moment, elle avait senti le sol se dérober sous ses pieds. Sa conscience l’avait malmenée et la malmenait encore. » Le livre À Saint-Léon-le-Grand, en 1910, Marie-Louise travaille au cabinet de son père, le Dr Antoine Peltier. Elle fréquente Charles Adam, employé à la source de La Saline, l’hôtel prestigieux qui a fermé ses portes en 1899 et sur le site duquel on extrait chaque jour des centaines de litres d’eau gazeuse vendue dans tout le Québec. Antoine ne voit pas d’un bon oeil que sa Loulou s’attache au fils d’Eusèbe, dont il connaît les activités illicites, mais cela ne diminue en rien la volonté de Marie-Louise de l’épouser. Pour le meilleur et pour le pire.

27.95$

Un viol ordinaire

Éditeur : Libre Expression

À l’instar de ce qu’elle a fait au cours de sa longue carrière, Janette Bertrand aborde un sujet brûlant d’actualité. Elle signe le roman Un viol ordinaire, écrit dans la foulée du mouvement #MeToo, et qui s’ancre aussi dans la nouvelle vague de dénonciations qui a déferlé au Québec l’été dernier. Elle poursuit également sa mission : défendre l’égalité entre les hommes et les femmes. Le roman raconte l’histoire d’un homme normal qui, un soir, oblige sa blonde à faire quelque chose qu’elle ne veut pas. Malgré ses « non » répétés, il ne l’écoutera pas. Un viol ordinaire, c’est l’histoire d’une mère normale qui veut comprendre pourquoi son fils a dépassé les limites. Quelle est sa responsabilité dans son éducation, quelle est celle de son mari, tout aussi normal ? Sous forme de courriels, parce qu’il est camionneur longue distance, elle partage son questionnement avec lui et poursuit la discussion quand il revient à la maison. Peu à peu, ces échanges entre eux, et entre les autres protagonistes du roman, ouvrent les yeux aux hommes tant sur notre société patriarcale qui tente de changer que sur le respect dû aux femmes, qui continuent à prendre leur place malgré les batailles quotidiennes pour l’égalité entre les sexes.

24.95$

Trois mois tout au plus

Éditeur : Libre Expression

À cinquante ans, Olivier Dubreuil, l’enfant héros de Dans mes yeux à moi, est devenu un animateur de télévision à succès. Alors que les lumières et les paillettes de la célébrité commencent à le fatiguer, il est tenaillé par des douleurs étranges. Le verdict tombe : il lui reste trois mois à vivre. Abasourdi par la nouvelle, il décide de n’en rien dire à personne ; il embarque dans une odyssée qui le mènera de Montréal à New York, du chevet de sa mère biologique mourante au tombeau de son père inconnu, de secret en secret, jusqu’à une conclusion fracassante qui célébrera enfin la vie.

24.95$

Le Dernier Je t’aime

Éditeur : Libre Expression

Ce premier roman, inspiré par bribes du vécu de l’auteur, se déroule dans la campagne des années 1960 et dépeint avec justesse et émotion l’histoire d’une famille bouleversée par la mort imminente de Rita, cette femme tant aimée. Un récit sensible, tissé à partir des souvenirs d’un jeune garçon et des confidences de gens de son village, pour se remémorer l’odieux et que ce soit beau, tragiquement beau. En 1967, une maladie sournoise entre dans la maison de Rita et Oscar, un couple très amoureux, et n’en ressortira pas. Quelle est cette douleur qui ronge Rita ? Les médecins n’osent pas nommer le mal atroce affligeant cette mère de sept enfants dans la fleur de l’âge, même lorsque les souffrances de ses derniers jours remplacent sa vie de tous les jours.

24.95$

La maison d’édition et ses auteur.e.s en images

Pour nous joindre

Libre Expression

4545, rue Frontenac, 3e étage
Montréal, Québec, H2H 2R7
514-849-5259
info@groupelibrex.com
https://www.www.groupelibrex.com