0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Lux éditeur

Avec ces ouvrages, Lux Éditeur poursuit une mission plus que jamais nécessaire: cultiver l’indépendance d’esprit et inspirer les révoltes qui, comme on le disait autrefois de l’air des villes, rendent libre…

À découvrir au Salon du livre

Essai Histoire

Une arme blanche

Jean-Pierre Le Glaunec

Le 25 mai 2020, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, meurt sous le poids d’un policier blanc lors d’une arrestation à Minneapolis. Sa mort suscite l’indignation de l’opinion publique partout dans le monde et relance le mouvement Black Lives Matter. Le 5 juin suivant, Christian Rioux, correspondant de longue date du Devoir à Paris, signe un texte intitulé «Tous Américains?», republié deux jours plus tard dans le Courrier international. C’est la première d’une série de six chroniques polémiques sur le mouvement antiraciste. Il joint ainsi sa voix à la constellation des chroniqueurs de France et du Québec qui n’ont pas hésité à exploiter la mort de George Floyd pour mieux déployer leurs armes contre leurs cibles habituelles: le politiquement correct, les «racialistes», les vendus à la cause de l’impérialisme américain, le multiculturalisme. Dans cet essai à mi-chemin entre la lettre et la réflexion critique, l’historien Jean-Pierre Le Glaunec déboulonne le discours conservateur des chroniques floydiennes de Christian Rioux. Il pose surtout cette question, décisive en démocratie: jusqu’où est-il permis de tordre les faits historiques afin d’honorer nos convictions politiques? Ce livre appelle un choix: le bruit et la haine ou la compassion et la compréhension.

Une arme blanche

Éditeur : Lux éditeur

Le 25 mai 2020, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, meurt sous le poids d’un policier blanc lors d’une arrestation à Minneapolis. Sa mort suscite l’indignation de l’opinion publique partout dans le monde et relance le mouvement Black Lives Matter. Le 5 juin suivant, Christian Rioux, correspondant de longue date du Devoir à Paris, signe un texte intitulé «Tous Américains?», republié deux jours plus tard dans le Courrier international. C’est la première d’une série de six chroniques polémiques sur le mouvement antiraciste. Il joint ainsi sa voix à la constellation des chroniqueurs de France et du Québec qui n’ont pas hésité à exploiter la mort de George Floyd pour mieux déployer leurs armes contre leurs cibles habituelles: le politiquement correct, les «racialistes», les vendus à la cause de l’impérialisme américain, le multiculturalisme. Dans cet essai à mi-chemin entre la lettre et la réflexion critique, l’historien Jean-Pierre Le Glaunec déboulonne le discours conservateur des chroniques floydiennes de Christian Rioux. Il pose surtout cette question, décisive en démocratie: jusqu’où est-il permis de tordre les faits historiques afin d’honorer nos convictions politiques? Ce livre appelle un choix: le bruit et la haine ou la compassion et la compréhension.

19.95$
Essai

Le luxe de l’indépendance

Julien Lefort-Favreau

Que signifie être «indépendant», dans le monde du livre? De qui l’éditeur et le libraire sont-ils indépendants et, surtout, à quelles fins? Quelle «édition indépendante» peut constituer un modèle économique viable? Et que nous apprennent les remous qui l’agitent sur les formes contemporaines de contrôle de la parole et l’amenuisement sournois de l’espace démocratique? Dans le sillage d’analyses comme celle d’André Schiffrin et à partir d’exemples tirés du Québec et de la France, ces réflexions décrivent un monde du livre toujours plus menacé par les conglomérats médiatiques et les géants du web, mais où, paradoxalement, s’épanouit une édition indépendante foisonnante. Dans ce contexte, il devient urgent de clarifier cette notion pour qu’éditeurs et libraires puissent, ensemble, continuer de diffuser des formes et des idées radicales : l’indépendance doit être le fruit d’une réflexion commune et d’une quête collective, car à quoi bon être indépendant tout seul?

Essai

Plus aucun enfant autochtone arraché

Samir Shaheen-Hussain

Samir Shaheen-Hussain, partant de sa propre expérience de pédiatre, mène dans cet essai une enquête sur le rôle de l'establishment médical dans le déracinement, la colonisation et le génocide des peuples autochtones. Il jette ainsi un éclairage nouveau sur le racisme systémique dont ceux-ci souffrent dans le système de santé canadien. Cet ouvrage mélange habilement l'essai critique et analytique, le récit de première main et le retour historique sur des périodes peu reluisantes de l'histoire des relations entre les divers palliers de gouvernement au Canada et les peuples autochtones. L'auteur y lance cet appel : il est impératif d'éliminer les impacts structurels des politiques racistes et coloniales sur les déterminants sociaux de la santé, de décoloniser la pratique médicale et de soutenir les luttes d'autodétermination des peuples autochtones. Il s'agit de conditions préalables essentielles à toute réconciliation authentique.

Essai Histoire

J’attends de toi une oeuvre de bataille

Pierre Elliot Trudeau Pierre Vadeboncoeur

Pierre Vadeboncoeur et Pierre Elliott Trudeau ont été d’inséparables copains de l’école primaire jusqu’à l’université, pour ensuite devenir collaborateurs à la revue Cité libre et camarades de luttes contre le duplessisme. Cette bonne entente a duré jusqu’à ce qu’ils s’affrontent dans les années 1960 sur l’avenir de la nation québécoise. L’un étant souverainiste et socialiste, l’autre, le fédéraliste que l’on connaît. Pourtant, l’affection qui les liait ne s’est jamais démentie, la véritable amitié s’éprouvant bien plus dans la possibilité d’un désaccord que dans le confort des affinités faciles. La correspondance rassemblée dans ce livre, dont plusieurs lettres couvrent la période des années 1940 et 1950, donne à voir une grande amitié tout en documentant un pan entier de notre histoire.

Essai Histoire

Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme

Kristen R. Ghodsee

Le capitalisme nuit gravement. Surtout aux femmes. Il les confine à la dépendance envers les hommes et les contraint de soumettre leurs relations intimes à des considérations économiques. Voilà ce que Kristen Ghodsee a conclu des vingt années qu’elle a passées à observer les répercussions de la transition du socialisme d’État au capitalisme sur le quotidien des habitantes des pays de l’ancien bloc de l’Est. Sans pour autant réhabiliter les dictatures du communisme réel, elle démontre qu’il y avait beaucoup à sauver des ruines du Mur, et que, contre le mortifère triomphalisme néolibéral d’aujourd’hui, il est encore temps de raviver l’idéal du socialisme. D’une plume libre et généreuse qui va de l’anecdote personnelle à l’analyse de statistiques, en passant par les notes de terrain, l’anthropologue s’adresse d’abord aux jeunes femmes, puis à quiconque souhaite contrecarrer les effets délétères du libre marché. Sous l’égide des grandes figures féministes du socialisme, Alexandra Kollontaï, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, elle aborde tous les aspects de la vie des femmes – le travail, la famille, le sexe et la citoyenneté – et propose des pistes pour qu’elles aient une vie (sexuelle) plus épanouie.

Une arme blanche

Éditeur : Lux éditeur

Le 25 mai 2020, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, meurt sous le poids d’un policier blanc lors d’une arrestation à Minneapolis. Sa mort suscite l’indignation de l’opinion publique partout dans le monde et relance le mouvement Black Lives Matter. Le 5 juin suivant, Christian Rioux, correspondant de longue date du Devoir à Paris, signe un texte intitulé «Tous Américains?», republié deux jours plus tard dans le Courrier international. C’est la première d’une série de six chroniques polémiques sur le mouvement antiraciste. Il joint ainsi sa voix à la constellation des chroniqueurs de France et du Québec qui n’ont pas hésité à exploiter la mort de George Floyd pour mieux déployer leurs armes contre leurs cibles habituelles: le politiquement correct, les «racialistes», les vendus à la cause de l’impérialisme américain, le multiculturalisme. Dans cet essai à mi-chemin entre la lettre et la réflexion critique, l’historien Jean-Pierre Le Glaunec déboulonne le discours conservateur des chroniques floydiennes de Christian Rioux. Il pose surtout cette question, décisive en démocratie: jusqu’où est-il permis de tordre les faits historiques afin d’honorer nos convictions politiques? Ce livre appelle un choix: le bruit et la haine ou la compassion et la compréhension.

19.95$

Le luxe de l’indépendance

Éditeur : Lux éditeur

Que signifie être «indépendant», dans le monde du livre? De qui l’éditeur et le libraire sont-ils indépendants et, surtout, à quelles fins? Quelle «édition indépendante» peut constituer un modèle économique viable? Et que nous apprennent les remous qui l’agitent sur les formes contemporaines de contrôle de la parole et l’amenuisement sournois de l’espace démocratique? Dans le sillage d’analyses comme celle d’André Schiffrin et à partir d’exemples tirés du Québec et de la France, ces réflexions décrivent un monde du livre toujours plus menacé par les conglomérats médiatiques et les géants du web, mais où, paradoxalement, s’épanouit une édition indépendante foisonnante. Dans ce contexte, il devient urgent de clarifier cette notion pour qu’éditeurs et libraires puissent, ensemble, continuer de diffuser des formes et des idées radicales : l’indépendance doit être le fruit d’une réflexion commune et d’une quête collective, car à quoi bon être indépendant tout seul?

19.95$

Plus aucun enfant autochtone arraché

Éditeur : Lux éditeur

Samir Shaheen-Hussain, partant de sa propre expérience de pédiatre, mène dans cet essai une enquête sur le rôle de l'establishment médical dans le déracinement, la colonisation et le génocide des peuples autochtones. Il jette ainsi un éclairage nouveau sur le racisme systémique dont ceux-ci souffrent dans le système de santé canadien. Cet ouvrage mélange habilement l'essai critique et analytique, le récit de première main et le retour historique sur des périodes peu reluisantes de l'histoire des relations entre les divers palliers de gouvernement au Canada et les peuples autochtones. L'auteur y lance cet appel : il est impératif d'éliminer les impacts structurels des politiques racistes et coloniales sur les déterminants sociaux de la santé, de décoloniser la pratique médicale et de soutenir les luttes d'autodétermination des peuples autochtones. Il s'agit de conditions préalables essentielles à toute réconciliation authentique.

31.95$

J’attends de toi une oeuvre de bataille

Éditeur : Lux éditeur

Pierre Vadeboncoeur et Pierre Elliott Trudeau ont été d’inséparables copains de l’école primaire jusqu’à l’université, pour ensuite devenir collaborateurs à la revue Cité libre et camarades de luttes contre le duplessisme. Cette bonne entente a duré jusqu’à ce qu’ils s’affrontent dans les années 1960 sur l’avenir de la nation québécoise. L’un étant souverainiste et socialiste, l’autre, le fédéraliste que l’on connaît. Pourtant, l’affection qui les liait ne s’est jamais démentie, la véritable amitié s’éprouvant bien plus dans la possibilité d’un désaccord que dans le confort des affinités faciles. La correspondance rassemblée dans ce livre, dont plusieurs lettres couvrent la période des années 1940 et 1950, donne à voir une grande amitié tout en documentant un pan entier de notre histoire.

27.95$

Pourquoi les femmes ont une meilleure vie sexuelle sous le socialisme

Éditeur : Lux éditeur

Le capitalisme nuit gravement. Surtout aux femmes. Il les confine à la dépendance envers les hommes et les contraint de soumettre leurs relations intimes à des considérations économiques. Voilà ce que Kristen Ghodsee a conclu des vingt années qu’elle a passées à observer les répercussions de la transition du socialisme d’État au capitalisme sur le quotidien des habitantes des pays de l’ancien bloc de l’Est. Sans pour autant réhabiliter les dictatures du communisme réel, elle démontre qu’il y avait beaucoup à sauver des ruines du Mur, et que, contre le mortifère triomphalisme néolibéral d’aujourd’hui, il est encore temps de raviver l’idéal du socialisme. D’une plume libre et généreuse qui va de l’anecdote personnelle à l’analyse de statistiques, en passant par les notes de terrain, l’anthropologue s’adresse d’abord aux jeunes femmes, puis à quiconque souhaite contrecarrer les effets délétères du libre marché. Sous l’égide des grandes figures féministes du socialisme, Alexandra Kollontaï, Rosa Luxemburg, Clara Zetkin, elle aborde tous les aspects de la vie des femmes – le travail, la famille, le sexe et la citoyenneté – et propose des pistes pour qu’elles aient une vie (sexuelle) plus épanouie.

26.95$

La maison d’édition et ses auteur.e.s en images

Pour nous joindre

Lux éditeur

2120 rue Laurier est
Montreal, Québec, H2J 4E1
5147505639
info@luxediteur.com
https://luxediteur.com/