0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

Mémoire d’encrier

Fondées à Montréal en mars 2003, les éditions Mémoire d’encrier se sont fixé pour mandat de réunir des auteur.e.s de diverses origines autour d’une seule et même exigence : l’authenticité des voix. Mémoire d’encrier est ce lieu-carrefour où se tissent rencontres, dialogues et échanges pour que les voix soient visibles et vivantes. Mémoire d’encrier publie de la fiction : roman, récit, nouvelle; aussi de la poésie; des essais et des chroniques. Un catalogue diversifié aménage des passerelles entre cultures et imaginaires du monde.

À découvrir au Salon du livre

Poésie

Nous ne sommes pas des fées

Louise Dupré Ouanessa Younsi

Deux femmes s’écrivent. Ouanessa Younsi, née d’une mère québécoise et d’un père algérien, représente la nouvelle génération de poètes québécoises. Louise Dupré, marquée par le bouillonnement de la Révolution tranquille, est l’autrice d’une œuvre considérable. Les deux se racontent. "Nous ne sommes pas des fées" met en dialogue deux générations et expériences. Chemins d’amitié et de poésie entre femmes.

Nous ne sommes pas des fées

Éditeur : Mémoire d’encrier

Deux femmes s’écrivent. Ouanessa Younsi, née d’une mère québécoise et d’un père algérien, représente la nouvelle génération de poètes québécoises. Louise Dupré, marquée par le bouillonnement de la Révolution tranquille, est l’autrice d’une œuvre considérable. Les deux se racontent. "Nous ne sommes pas des fées" met en dialogue deux générations et expériences. Chemins d’amitié et de poésie entre femmes.

19.95$
Poésie

Pomme Grenade

Elkahna Talbi

« Faut-il se perdre en l’autre pour mieux se retrouver ? » "Pomme Grenade" creuse les chemins de l’amour et de l’intimité. Hors frontières et tabous, se laisser aimer, toucher, désirer.

Essai

Baldwin, Styron et moi

Mélikah Abdelmoumen

Mélikah Abdelmoumen explore l’amitié qui lia William Styron et James Baldwin. Le premier, un Blanc descendant de propriétaires d’esclaves, surtout connu pour son roman Le choix de Sophie. Le second, un Noir descendant d’esclaves, célèbre pour ses prises de parole et ses œuvres antiracistes. Alors qu’il logeait en 1961 chez Styron dans le Connecticut, Baldwin l’aurait convaincu d’écrire au « je » le récit de la révolte d’esclaves menée par Nat Turner en 1831 dans le sud des États-Unis. Un défi que Styron releva en publiant Les Confessions de Nat Turner, prix Pulitzer 1968. Il fut alors accusé d’appropriation culturelle dans un ouvrage écrit par dix écrivains afro-américains. L’autrice québécoise Mélikah Abdelmoumen, Saguenéenne par sa mère et Tunisienne par son père, part à la rencontre de ces deux célèbres auteurs américains du 20e siècle, lesquels auront amorcé le débat entourant les brûlantes questions de l’appropriation culturelle et de la liberté de l’écrivain.

Poésie

Au couchant de la terre promise

Jean Sioui

Essai

Les racistes n’ont jamais vu la mer

Yara El-Ghadban

Nous ne sommes pas des fées

Éditeur : Mémoire d’encrier

Deux femmes s’écrivent. Ouanessa Younsi, née d’une mère québécoise et d’un père algérien, représente la nouvelle génération de poètes québécoises. Louise Dupré, marquée par le bouillonnement de la Révolution tranquille, est l’autrice d’une œuvre considérable. Les deux se racontent. "Nous ne sommes pas des fées" met en dialogue deux générations et expériences. Chemins d’amitié et de poésie entre femmes.

19.95$

Pomme Grenade

Éditeur : Mémoire d’encrier

« Faut-il se perdre en l’autre pour mieux se retrouver ? » "Pomme Grenade" creuse les chemins de l’amour et de l’intimité. Hors frontières et tabous, se laisser aimer, toucher, désirer.

17.00$

Baldwin, Styron et moi

Éditeur : Mémoire d’encrier

Mélikah Abdelmoumen explore l’amitié qui lia William Styron et James Baldwin. Le premier, un Blanc descendant de propriétaires d’esclaves, surtout connu pour son roman Le choix de Sophie. Le second, un Noir descendant d’esclaves, célèbre pour ses prises de parole et ses œuvres antiracistes. Alors qu’il logeait en 1961 chez Styron dans le Connecticut, Baldwin l’aurait convaincu d’écrire au « je » le récit de la révolte d’esclaves menée par Nat Turner en 1831 dans le sud des États-Unis. Un défi que Styron releva en publiant Les Confessions de Nat Turner, prix Pulitzer 1968. Il fut alors accusé d’appropriation culturelle dans un ouvrage écrit par dix écrivains afro-américains. L’autrice québécoise Mélikah Abdelmoumen, Saguenéenne par sa mère et Tunisienne par son père, part à la rencontre de ces deux célèbres auteurs américains du 20e siècle, lesquels auront amorcé le débat entourant les brûlantes questions de l’appropriation culturelle et de la liberté de l’écrivain.

24.95$

Au couchant de la terre promise

Éditeur : Mémoire d’encrier

17.00$

Les racistes n’ont jamais vu la mer

Éditeur : Mémoire d’encrier

24.95$

Les activités de nos auteurs au Salon du livre

Pour nous joindre

Mémoire d’encrier

1260, rue Bélanger, burau 201
Montréal, Quebec, H2S 1H9
514 989-1491
info@memoiredencrier.com
http://memoiredencrier.com/