0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Avez-vous aimé votre visite?

Faites-nous part de votre appréciation en remplissant ce court sondage et courez la chance de gagner des livres en cadeau!

SODEP revues culturelles québécoises

La Société de développement des périodiques culturels québécois (SODEP) est une association vouée à la défense et à la promotion des revues culturelles québécoises. Fondée en 1978, la SODEP regroupe plus d'une quarantaine de revues riches, diversifiées et uniques consacrées aux arts, à la littérature, aux enjeux de société, à l'histoire et au patrimoine. Son mandat est de rendre les revues culturelles publiées par les éditeurs membres accessibles à un lectorat le plus large possible en exerçant des fonctions de représentation et de promotion, et en offrant divers services de soutien administratif.

À découvrir au Salon du livre

Revue / Magazine

Vol. 40 n°1 | L’événement de d’Audrey Diwan

En couverture de ce premier numéro du 40e volume de la revue Ciné-Bulles, retrouvez L’événement d’Audrey Diwan, film « à la forte signature, abordant frontalement un sujet [l’accès à l’avortement] qui devrait tous nous préoccuper. » Frédéric Bouchard signe le commentaire critique de l’œuvre, récipiendaire du Lion d’Or à la Mostra de Venise 2021. Le numéro offre aussi des entretiens, accompagnés de commentaires critiques, avec Philippe Grégoire, réalisateur du Bruit des moteurs et Nine Antico, réalisatrice de Playlist. Également au sommaire, de nombreuses critiques de sorties récentes dont Les oiseaux ivres d'Ivan Grbovic, un essai sur le cinéma et le confinement, un texte sur l’adaptation de Dune par Denis Villeneuve et un dossier « Mon meilleur court » réunissant des textes sur les courts-métrages préférés de l’équipe d’auteurs et d’autrices de la revue. Ce numéro est également le premier de Marie Claude Mirandette à titre de rédactrice en chef, Éric Perron lui cédant les rênes pour se consacrer à la direction de la revue.

Vol. 40 n°1 | L’événement de d’Audrey Diwan

Éditeur : Ciné-bulles

En couverture de ce premier numéro du 40e volume de la revue Ciné-Bulles, retrouvez L’événement d’Audrey Diwan, film « à la forte signature, abordant frontalement un sujet [l’accès à l’avortement] qui devrait tous nous préoccuper. » Frédéric Bouchard signe le commentaire critique de l’œuvre, récipiendaire du Lion d’Or à la Mostra de Venise 2021. Le numéro offre aussi des entretiens, accompagnés de commentaires critiques, avec Philippe Grégoire, réalisateur du Bruit des moteurs et Nine Antico, réalisatrice de Playlist. Également au sommaire, de nombreuses critiques de sorties récentes dont Les oiseaux ivres d'Ivan Grbovic, un essai sur le cinéma et le confinement, un texte sur l’adaptation de Dune par Denis Villeneuve et un dossier « Mon meilleur court » réunissant des textes sur les courts-métrages préférés de l’équipe d’auteurs et d’autrices de la revue. Ce numéro est également le premier de Marie Claude Mirandette à titre de rédactrice en chef, Éric Perron lui cédant les rênes pour se consacrer à la direction de la revue.

5.95$
Essai Revue / Magazine

Vol.31 n°3 | Björk : Artiste totale

Cet hiver, la revue Circuit propose un dossier sur la chanteuse islandaise Björk et sur son œuvre, au confluent des musiques dites « savantes » et « populaires ». Mathieu Guillien s’intéresse aux liens entre la musique de Björk et la scène house et techno britannique, liens moins connus que ceux existant entre sa musique et le trip-hop. Victoria Malawey, elle, explore la prosodie et la technique vocale de Björk dans l’album Vulnicura, alors que Martin Guerpin examine la place singulière de l'artiste dans la musique populaire à travers une analyse de 34 Scores for Piano, Organ, Harpsichord and Celeste. L’auteur s’entretient ensuite avec Nicola Dibben autour de l'album Biophilia, ses implications artistiques mais également l’application multimédia et le volet éducatif associés. Enfin, Ryad Dahbi, Margaux Muller, Mattia Pastore, Charles Pessiot et Lucas Rouche ont rédigé le compte rendu de la journée d’étude ayant instigué l’idée de ce numéro, « Wanderlust » : l’art total de Björk, tenue à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne le 11 février 2020.

Essai Revue / Magazine

N°333 Derrière les murs

Dans ce dossier, des textes de : Lucie Lemonde Catherine Lavoie-Marcus et Camille Bonenfant Rémy-Paulin Twahirwa Tommaso Mandredini Anne-Marie Boucher Louise Henry L’enfermement, comme logique et comme relation, n’a bien sûr pas de murs. Si la prison est l’élément central de cette logique, si elle en représente la forme la plus visible et tangible, elle ne témoigne pas, à elle seule, de ce que l’on pourrait appeler l’organisation carcérale de l’espace et du temps. La prison est devenue, avec le développement du capitalisme, une solution spatiale, économique et politique de premier plan pour « gérer » les populations considérées comme excédentaires ou indésirables. Dans le court essai Abolition Geography and the Problem of Innocence, la militante et géographe Ruth Wilson Gilmore écrit (nous traduisons) : « La prison moderne est l’institution centrale des géographies carcérales aux États-Unis comme ailleurs, mais elle ne les définit pas exclusivement; ces géographies se manifestent aussi à travers les stratégies régionales d’accumulation, les bouleversements, les immensités et les fragmentations qui se reconfigurent dans l’espace-temps (même si les coordonnées géographiques restent les mêmes) afin de permettre un autre cycle d’accumulation. » Nous proposons donc de poser un certain regard – forcément partiel, fragmenté – sur les lieux et les moments de l’enfermement au sein de nos sociétés. La crise sanitaire semble avoir taillé une brèche, ouvert un espace pour critiquer ces lieux et ces moments. Or cette critique apparaît d’autant plus importante considérant l’imminence de la crise climatique et l’intensification prévisible des mécanismes de contrôle et de répression des populations. Il est urgent d’apprendre à connaître et à reconnaître les géographies de l’enfermement telles qu’elles se déploient ici et maintenant, afin de mieux les défaire dans l’avenir.

Revue / Magazine

N°161

Denise Simone Côté Ariane Gélinas Renée Deslauriers Louise Lacoursière Isabelle Dumais Gérald Gaudet

Écrire. Lire. Créer des liens. Une revue a toujours à voir avec des communautés mises en tension. En ces temps cruels, comment s’étonner que la question du lien social soit au cœur des textes de ce numéro des Écrits ? Rassemblée par Danielle Fournier, découvrez la Suite trifluvienne qui ouvre sur un monde à la fois proche et lointain dans lequel cinq autrices, Denise Simone Côté, Ariane Gélinas, Renée Deslauriers, Isabelle Dumais et Louise Lacoursière, traversent le temps et l’espace, déjouent les attentes. Puis, Le portfolio d’Henriette Valium, ludique et violent, fait écho aux textes du numéro, appelant le spectateur à imaginer les totalités en lesquelles incruster les formes en attente d’une vaine refiguration. Vous pourrez aussi lire dans les rubriques habituelles — Poèmes, Récits, Poésie, Essai — les textes de Laurence Bertrand, Hugues Corriveau, Thomas Desaulniers-Brousseau, Kevin Lambert, Marc-André Lavoie, Binéka Danièle Lissouba, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, David Paquet, Claudine Potvin, Benjamin Pradet, Françoise Roy et Oumy Aubert Sow.

Arts Revue / Magazine

N°265 | Ramifications textiles

Le numéro d’hiver de la revue Vie des arts propose un dossier sur l’art textile. Tantôt mis à l’écart pour appuyer une définition stricte de l’art, tantôt valorisés pour leur apport possible aux plans artistiques et culturels, les arts textiles font aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt de la part d’artistes cherchant à se « requalifier ». Ce numéro présente entre autres une entrevue avec Véro Leduc sur le capacitisme et l’audisme en art, un article sur les stories en classe d’art en collaboration avec l’AQESAP, la suite de la chronique de Charles Guibert et Edward Perez-Gonzales, ainsi que deux portraits d’artistes, soit Janet Nungnik et de Michaëlle Sergile. Vous y trouverez également des comptes-rendus des expositions de Serge Lemoyne, Gilles Mihalcean et Lieven Meyer, ainsi que des retours sur Les biennales de l’image (Momenta), de l’estampe (Trois-Rivières), la Transnationale Noire (Af-flux) et la triennale Greater Toronto Art 2021.

Vol. 40 n°1 | L’événement de d’Audrey Diwan

Éditeur : Ciné-bulles

En couverture de ce premier numéro du 40e volume de la revue Ciné-Bulles, retrouvez L’événement d’Audrey Diwan, film « à la forte signature, abordant frontalement un sujet [l’accès à l’avortement] qui devrait tous nous préoccuper. » Frédéric Bouchard signe le commentaire critique de l’œuvre, récipiendaire du Lion d’Or à la Mostra de Venise 2021. Le numéro offre aussi des entretiens, accompagnés de commentaires critiques, avec Philippe Grégoire, réalisateur du Bruit des moteurs et Nine Antico, réalisatrice de Playlist. Également au sommaire, de nombreuses critiques de sorties récentes dont Les oiseaux ivres d'Ivan Grbovic, un essai sur le cinéma et le confinement, un texte sur l’adaptation de Dune par Denis Villeneuve et un dossier « Mon meilleur court » réunissant des textes sur les courts-métrages préférés de l’équipe d’auteurs et d’autrices de la revue. Ce numéro est également le premier de Marie Claude Mirandette à titre de rédactrice en chef, Éric Perron lui cédant les rênes pour se consacrer à la direction de la revue.

5.95$

Vol.31 n°3 | Björk : Artiste totale

Éditeur : Circuit, musiques contemporaines

Cet hiver, la revue Circuit propose un dossier sur la chanteuse islandaise Björk et sur son œuvre, au confluent des musiques dites « savantes » et « populaires ». Mathieu Guillien s’intéresse aux liens entre la musique de Björk et la scène house et techno britannique, liens moins connus que ceux existant entre sa musique et le trip-hop. Victoria Malawey, elle, explore la prosodie et la technique vocale de Björk dans l’album Vulnicura, alors que Martin Guerpin examine la place singulière de l'artiste dans la musique populaire à travers une analyse de 34 Scores for Piano, Organ, Harpsichord and Celeste. L’auteur s’entretient ensuite avec Nicola Dibben autour de l'album Biophilia, ses implications artistiques mais également l’application multimédia et le volet éducatif associés. Enfin, Ryad Dahbi, Margaux Muller, Mattia Pastore, Charles Pessiot et Lucas Rouche ont rédigé le compte rendu de la journée d’étude ayant instigué l’idée de ce numéro, « Wanderlust » : l’art total de Björk, tenue à l’Université d’Evry-Val-d’Essonne le 11 février 2020.

18.00$

N°333 Derrière les murs

Éditeur : Liberté

Dans ce dossier, des textes de : Lucie Lemonde Catherine Lavoie-Marcus et Camille Bonenfant Rémy-Paulin Twahirwa Tommaso Mandredini Anne-Marie Boucher Louise Henry L’enfermement, comme logique et comme relation, n’a bien sûr pas de murs. Si la prison est l’élément central de cette logique, si elle en représente la forme la plus visible et tangible, elle ne témoigne pas, à elle seule, de ce que l’on pourrait appeler l’organisation carcérale de l’espace et du temps. La prison est devenue, avec le développement du capitalisme, une solution spatiale, économique et politique de premier plan pour « gérer » les populations considérées comme excédentaires ou indésirables. Dans le court essai Abolition Geography and the Problem of Innocence, la militante et géographe Ruth Wilson Gilmore écrit (nous traduisons) : « La prison moderne est l’institution centrale des géographies carcérales aux États-Unis comme ailleurs, mais elle ne les définit pas exclusivement; ces géographies se manifestent aussi à travers les stratégies régionales d’accumulation, les bouleversements, les immensités et les fragmentations qui se reconfigurent dans l’espace-temps (même si les coordonnées géographiques restent les mêmes) afin de permettre un autre cycle d’accumulation. » Nous proposons donc de poser un certain regard – forcément partiel, fragmenté – sur les lieux et les moments de l’enfermement au sein de nos sociétés. La crise sanitaire semble avoir taillé une brèche, ouvert un espace pour critiquer ces lieux et ces moments. Or cette critique apparaît d’autant plus importante considérant l’imminence de la crise climatique et l’intensification prévisible des mécanismes de contrôle et de répression des populations. Il est urgent d’apprendre à connaître et à reconnaître les géographies de l’enfermement telles qu’elles se déploient ici et maintenant, afin de mieux les défaire dans l’avenir.

15.00$

N°161

Éditeur : Les écrits

Écrire. Lire. Créer des liens. Une revue a toujours à voir avec des communautés mises en tension. En ces temps cruels, comment s’étonner que la question du lien social soit au cœur des textes de ce numéro des Écrits ? Rassemblée par Danielle Fournier, découvrez la Suite trifluvienne qui ouvre sur un monde à la fois proche et lointain dans lequel cinq autrices, Denise Simone Côté, Ariane Gélinas, Renée Deslauriers, Isabelle Dumais et Louise Lacoursière, traversent le temps et l’espace, déjouent les attentes. Puis, Le portfolio d’Henriette Valium, ludique et violent, fait écho aux textes du numéro, appelant le spectateur à imaginer les totalités en lesquelles incruster les formes en attente d’une vaine refiguration. Vous pourrez aussi lire dans les rubriques habituelles — Poèmes, Récits, Poésie, Essai — les textes de Laurence Bertrand, Hugues Corriveau, Thomas Desaulniers-Brousseau, Kevin Lambert, Marc-André Lavoie, Binéka Danièle Lissouba, Marie-Ève Milot et Marie-Claude St-Laurent, David Paquet, Claudine Potvin, Benjamin Pradet, Françoise Roy et Oumy Aubert Sow.

15.00$

N°265 | Ramifications textiles

Éditeur : Vie des arts

Le numéro d’hiver de la revue Vie des arts propose un dossier sur l’art textile. Tantôt mis à l’écart pour appuyer une définition stricte de l’art, tantôt valorisés pour leur apport possible aux plans artistiques et culturels, les arts textiles font aujourd’hui l’objet d’un regain d’intérêt de la part d’artistes cherchant à se « requalifier ». Ce numéro présente entre autres une entrevue avec Véro Leduc sur le capacitisme et l’audisme en art, un article sur les stories en classe d’art en collaboration avec l’AQESAP, la suite de la chronique de Charles Guibert et Edward Perez-Gonzales, ainsi que deux portraits d’artistes, soit Janet Nungnik et de Michaëlle Sergile. Vous y trouverez également des comptes-rendus des expositions de Serge Lemoyne, Gilles Mihalcean et Lieven Meyer, ainsi que des retours sur Les biennales de l’image (Momenta), de l’estampe (Trois-Rivières), la Transnationale Noire (Af-flux) et la triennale Greater Toronto Art 2021.

12.00$

Pour nous joindre

SODEP revues culturelles québécoises

716-460 Ste-Catherine Ouest,
Montréal, Québec, H3B 1A7
5143978669
info@sodep.qc.ca
www.sodep.qc.ca