0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Morbi lobortis aliquam vulputate. Duis imperdiet gravida quam, ac condimentum leo rutrum at. Fusce volutpat nisl vitae nisi tincidunt pretium. Mauris sed ex nec velit eleifend ullamcorper. Aenean nec dui sed ex interdum ornare id id massa. Nullam lacus magna, porttitor at efficitur et, ornare a quam. Morbi non orci quam. Aenean quis commodo diam, at cursus ipsum. Curabitur vel purus sed diam suscipit varius ac vel arcu. Duis eu magna tempor, vulputate ex vitae, egestas elit.

  • Integer a elit dictum metus finibus auctor eget eu justo.
  • In at dolor eget urna bibendum convallis in vitae eros.
  • Proin sed sem vitae quam mollis suscipit at et libero.
  • Nunc pharetra erat et enim mattis, ac suscipit risus iaculis.

Etiam leo est, dictum vel rhoncus id, feugiat quis arcu. Curabitur gravida tortor erat, at pellentesque felis tincidunt id. Curabitur ex nisl, elementum eget libero sit amet, varius interdum dolor.

Sébastien Dulude, écrivain en résidence 2015

29 mars 2015

Poème du samedi

Sébastien Dulude, écrivain en résidence 2015

29 Mar 2015

Enfant terrible

à Catherine Cormier-Larose

«Vous êtes charmant et courtois»

dixit mon biscuit chinois

je réponds aux sourires

et je serre chaleureusement les mains qu’on me tend

avec les mêmes dents et la même poigne qui me servent, ailleurs, à mordre et à tordre

humblement j’accepte les compliments

comme les critiques

mêmes les plus violentes

comme cette gentille dame hier

qui a dit de mon poème

qu’elle l’avait trouvé cute

elle me l’a dit deux fois

je n’ai pas bronché

j’ai trouvé la dame aimable

je me suis senti aimé

j’ai aimé être aimé

j’aimais aimer être aimé et aimer ça

j’ai authentiquement aimé aimer aimer être aimé et aimer ça

c’est simple

parce que pour tout le reste, il y a les poèmes

dans lesquels je peux laisser cours à ma brutalité foncière

et imaginer un mur contre lequel aligner pour les fusiller

tous les biscuits chinois de ce monde