0

Carnet du visiteur

Carnet du visiteur

819 376-5308
info@sltr.qc.ca

S'enregister Mot de passe oublé?
{{ loginform.error }}
Se connecter
{{ registerform.error }}
Se connecter
{{ forgotform.error }}

Votre carnet

Imprimer mon carnet Enregistrer mon carnet en format pdf Déconnexion

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Morbi lobortis aliquam vulputate. Duis imperdiet gravida quam, ac condimentum leo rutrum at. Fusce volutpat nisl vitae nisi tincidunt pretium. Mauris sed ex nec velit eleifend ullamcorper. Aenean nec dui sed ex interdum ornare id id massa. Nullam lacus magna, porttitor at efficitur et, ornare a quam. Morbi non orci quam. Aenean quis commodo diam, at cursus ipsum. Curabitur vel purus sed diam suscipit varius ac vel arcu. Duis eu magna tempor, vulputate ex vitae, egestas elit.

  • Integer a elit dictum metus finibus auctor eget eu justo.
  • In at dolor eget urna bibendum convallis in vitae eros.
  • Proin sed sem vitae quam mollis suscipit at et libero.
  • Nunc pharetra erat et enim mattis, ac suscipit risus iaculis.

Etiam leo est, dictum vel rhoncus id, feugiat quis arcu. Curabitur gravida tortor erat, at pellentesque felis tincidunt id. Curabitur ex nisl, elementum eget libero sit amet, varius interdum dolor.

Bryan Perro, écrivain en résidence 2016

19 mars 2016

Troisième texte de l’écrivain en résidence

Bryan Perro, écrivain en résidence 2016

19 Mar 2016

Mostafa Azizi, Iran

Quand je pense à vous…

J’ai de la fuite dans les idées, un robinet mal fermé.

J’entends la goutte qui me dérange, le son des mots qui me démanche.

Et j’ai envie de tout fermer, de ne plus croire ou exister, mais la plume saute de l’encrier et la vie vient me chatouiller.

Il y a trois choses qu’on ne peut pas cacher très longtemps, Mostafa : le soleil, la lune et la vérité.

Tenez bon dans les ténèbres, le soleil viendra.

Conservez votre foi dans les hommes, la lune vous inspirera.

Gardez la tête haute dans l’épreuve Mostafa, nous savons que vous avancez sur la route de la vérité.


Texte lu dans le cadre de la soirée Livres comme l’Air, présentée en collaboration avec le Centre québécois du PEN international, Amnistie internationale et l’UNEQ.